Comme beaucoup, j’ai profité des fêtes pour rattraper un certain retard de lecture. Mon choix s’est porté sur deux livres qui abordent l’alimentation sous l’œil de la science.

Un brin de culpabilité

J’étais à la fois curieuse et méfiante en ouvrant Homo carnivorus, de Michel Leboeuf et Michel Quintin. Curieuse, car j’étais certaine d’y trouver une mine d’informations. Que vous cherchiez le nombre de poulets abattus chaque année sur Terre (50 milliards), la quantité de poissons sacrifiés pour ce filet de sole de 450 g qui trône dans votre assiette (7 kg) ou le poids de viande consommée annuellement par le Canadien moyen (96 kg), ce livre est une bible, fouillée et étoffée comme il se doit. Les auteurs témoignent de notre consommation gargantuesque des produits animaux avec justesse et réalisme.

Hélas, les deux derniers chapitres — qui portent sur l’impact de l’alimentation carnée sur notre santé et celle de la planète — pointent sur le lecteur un œil bourré de jugement. Dès lors, le long travail de sensibilisation, construit au fil des six chapitres précédents, manque sa cible. 

Manger doit être avant tout un plaisir, concluent les auteurs. Dommage qu’il ait fallu attendre la dernière page pour se le rappeler.

 

De nouvelles convives

Le microbiome, la nouvelle star en santé et en nutrition, suscite beaucoup de convoitises et bien des questionnements. Nos bactéries sont-elles des ennemies à abattre ou des alliées inconditionnelles ? Quel est leur rôle dans notre santé ? Sont-elles responsables de notre tour de taille légèrement élargi ? Pire ! Influenceraient-elles nos décisions et nos comportements ? 

Dans Mille milliards d'amies, Marianne Desautels-Marrissal nous détaille sans chichis l’état actuel des connaissances, avec ses quelques hypothèses confirmées et ses multiples incertitudes. Par sa langue claire et colorée, elle nous invite à la découverte d’un merveilleux monde qui vit en nous. Au fil des pages mâtinées d’humour et de poésie, on découvre un « nouvel organe » — le microbiome —, mais aussi toutes les étapes de la démarche scientifique. Ainsi, ce n’est pas que le microbiome que l’auteure met à notre portée, mais cette science si engageante que trop d’entre nous trouvent encore inaccessible.

 

Ce billet a d'abord été publié sur britesciences.com.