Par Raymond Fournier

Le 27 mai, le secteur privé de l’aérospatiale américaine ose envoyer pour la première fois deux astronautes américains dans l’espace.  C’est une première depuis neuf ans, soit depuis le retrait des navettes spatiales américaine du transport des astronautes vers la Station spatiale internationale.  La société privée SpaceX ouvre cette nouvelle page d’histoire avec le lancement de sa nouvelle capsule Crew Dragon par sa fusée réutilisable Falcon 9.  Toutes les mesures de confinement et de désinfection, provoqué par la crise du coronavirus, ont été scrupuleusement appliquées.

Ce premier lancement prévu aujourd’hui, le 27 mai 2020, à moins d’un report pour des raisons météo, au Centre spatial Kennedy, permettra à deux astronautes américains, Doug Hurley et Bob Behnken, de rejoindre l’équipage déjà en place à bord de la Station spatiale internationale.

La nouvelle fusée Falcon 9, conçue par la firme privée SpaceX, propulsera la nouvelle capsule spatiale Crew Dragon vers l’espace.  Elle a fait ses preuves dans le transport de matériel vers la station spatiale internationale.  La fusée fait partie de cette nouvelle génération de transporteur presque complètement réutilisable.   Cette fusée change la façon d’envoyer des astronautes dans des missions spatiales en réduisant les coûts car le premier étage de la fusée revient se poser sur la Terre pour une nouvelle utilisation. 

La capsule Crew Dragon est elle aussi réutilisable.  Au terme de sa période de rodage, elle pourra envoyer quatre astronautes sur orbite basse et revenir amerrir comme les capsules des missions Apollo mais qui n’étaient pas réutilisables. 

C’est un changement majeur de paradigme dans le transport spatial : fusée et capsule réutilisables; diminution notable des coûts d’utilisation; entrée en force du secteur privé dans le domaine du transport des astronautes dans l’espace sur le territoire des États-Unis.

Le président de la firme SpaceX, Elon Musk, milliardaire et magnat de l’industrie des véhicule électriques Tesla, gagnerait donc son pari sur son plus proche concurrent américain, la firme Boeing avec sa capsule Starliner.  Cette capsule n’est pas encore prête à lancer ses premiers astronautes américains vers l’espace.  Pourtant cette multinationale du secteur spatial est présente dans l’aérospatiale depuis plus de 50 ans.   

Musk a d’autres projets grandioses dans ses cartons : envoyer une centaine d’astronautes vers la planète Mars à bord d’une immense fusée réutilisable, beaucoup plus puissante que la fusée Saturn 5, utilisée lors des missions Apollo vers la Lune entre 1968 et 1972.  Des tests sont déjà en cours.

La NASA se dit freinée dans le développement de sa nouvelle puissante fusée, le Space Lunch System (SLS), par les restrictions de distanciation sociale provoquées par le COVID-19 et la contamination d’employés dans certaines de ses installations.  Paradoxalement, la fusée Falcon 9 et sa capsule Crew Dragon ne sont pas un obstacle à la NASA, qui a financé ce projet privé dans le développement de transport d’astronautes vers l’ISS.

Le secteur privé spatial américain est maintenant là pour y rester avec ses méthodes et ses réalisations qui nous apporteront encore bien des surprises dans les années à venir.

Sources : NASA, SpaceX, Futura Science, AFP