Des chercheurs à Harvard ont découvert un sous-type d’autisme — une trouvaille qui pourrait changer la façon dont on diagnostique et traite ce problème neurodéveloppemental.

- Michelle Ferguson

Selon l’étude, publiée dans la revue Nature au mois d’août, environ sept pour cent des enfants autistiques ont des niveaux anormaux de lipides sanguins.

L’étude a aussi trouvé que les parents ayant la dyslipidémie, c’est-à-dire une concentration anormalement élevée ou diminuée de matière grasse dans le sang, ont 16 pour cent plus de chances d’avoir un enfant autistique. 

Ce n’est pas la première étude à démontrer le lien entre la dyslipidémie et l’autisme. En 2001, des chercheurs à l’Oregon Health & Science University à Portland ont trouvé que la majorité des enfants ayant le syndrome Smith-Lemli-Opitz sont atteints de troubles du spectre autistique. Une maladie génétique rare, le syndrome Smith-Lemli-Opitz est causé par le déficit d’un enzyme nécessaire au métabolisme du cholestérol.

Environ 1,5 pour cent des enfants canadiens sont atteints d’autisme, selon l’Agence de la santé publique du Canada. Il n’existe aucun traitement efficace pour ce problème qui se caractérise le plus souvent par des difficultés de communication et d’interactions sociales.

L’identification de sous-types d’autisme pourrait donner lieu à des traitements plus efficaces, comme l’on voit en oncologie, note l’étude.

Depuis des années, les chercheurs utilisent le séquençage génétique et la métabolique — c’est-à-dire l’étude des composés organiques, comme les sucres et les acides gras — pour développer des traitements sur mesure pour différents types de cancer.

Avec cette découverte, la médecine de précision pourrait jouer un rôle tout aussi important dans le diagnostic et le traitement de l’autisme.

Cependant, les effets des lipides sur le fonctionnement du cerveau humain sont encore méconnus.

Dans une entrevue avec Spectrum, un site web dédié au reportage sur l’autisme, Michael Snyder, un professeur de génétique à Stanford University, suggère que d’autres recherches sont nécessaires afin de mieux comprendre ce lien.