Depuis plusieurs semaines, un débat sur la culpabilité de Mickael Jackson à l’effet qu’il ait abusé de mineurs refait surface sur les réseaux sociaux. Les accusations concernant les abus sexuels de Michael Jackson sur des mineurs sont-elles vraies ? Il est difficile pour nous d’affirmer ce qui est vrai ou non, mais nous avons fait une recherche pour tenter de trouver des réponses. Nous allons notamment parler des procès qui ont eu lieu auparavant, du documentaire récemment sorti du nom de « Leaving neverland » et du contexte familial de l’accusé.


Les Assistants du Détecteurs est un projet d’éducation à l’information imaginé par l’Agence Science-Presse, en collaboration avec la Maison de la culture Maisonneuve. Découvrez les reportages de nos vérificateurs des faits en herbe – 24 jeunes élèves de niveau secondaire 5 - de l’école Chomedey-de-Maisonneuve, à Montréal.


Pour commencer, les nombreuses rumeurs relayées par plusieurs médias concernant sa proximité avec les enfants ont fait naître des doutes et donné lieu à deux accusations d’abus sexuels sur mineurs. La première, en 1993, n’a pas eu de suite judiciaire faute de preuves et de témoignages crédibles et a été réglée par le versement d’une importante somme d’argent.

L’autre a abouti à un procès, au terme duquel Michael Jackson a été acquitté. Éventuellement, chacune des deux accusations a été déposée quelques mois après la diffusion d’un des principaux entretiens télévisés auxquels l’artiste a participé.

Le passé de l’artiste

Dans la chanson Childhood, Jackson parle de l’enfance qu’il n’a jamais eue. Se disant victime du syndrome de Peter Pan, il s’est progressivement construit un univers imaginaire au sein de son ranch, Neverland. Ceci peut prouver que les accusations envers Michael Jackson pourraient être fausses puisque la justice en est venue à un verdict de non-culpabilité en mettant en lumière ce contexte.

Dans le documentaire Leaving neverland, réalisé par Dan Reed et diffusé récemment par HBO, deux hommes, Wade Robson et James Safechuck, affirment avoir été abusés sexuellement par l’artiste lorsqu’ils étaient âgés de moins de 10 ans. À la suite de la diffusion de ce documentaire, plusieurs stations de radio québécoises et néo-zélandaises ont décidé de retirer les chansons de Michael Jackson de leur programmation musicale. Les producteurs de la série Les Simpson ont aussi décidé de retirer des plateformes de streaming et des prochaines rééditions DVD les épisodes où la vedette apparait.

En mars 2019, durant sa tournée européenne le chanteur Drake a pris la décision de ne plus interpréter sur scène la chanson Don't Matter to Me, une démo inédite de Michael Jackson.

Ces faits, et surtout les témoignages des deux témoins dans le documentaire, sont des arguments forts et crédibles, qui peuvent prouver que les accusations contre l’artiste pourraient être vraies.

Le contexte familial

L’aspect familial de l’artiste est très important concernant ces accusations.

En 1993, lors du premier procès de Michael Jackson, sa sœur se confiait à la chaîne MTV pour dénoncer ses agissements. « Je dois vous dire que c’est très difficile pour moi, que Michael est mon frère, que je l’aime beaucoup, mais je ne peux pas être et je ne serai pas une collaboratrice silencieuse de ses crimes contre de jeunes enfants innocents. Et si je garde le silence, ça signifie que j’entretiens sa culpabilité et l’humiliation que ces enfants ressentent, et je pense que c’est mal », déclarait-elle alors. Elle avait aussi déclaré que le chanteur avait déboursé de nombreuses sommes d’argent pour faire taire les familles des enfants.

Son autre sœur, Janet Jackson garde le silence et refuse de parler des accusations. Selon le site de TVA nouvelles, la famille Jackson porte plainte et réclame 100 millions de dollars de dommages et intérêts à HBO pour la diffusion du documentaire puisqu’il aurait violé un accord de « non-dénigrement » que HBO aurait signé en 1992.

En conclusion, nous restons neutres face à cette nouvelle, puisque chaque argument peut jouer en faveur de l’une ou de l’autre position face aux accusations portées contre Michael Jackson. Nous avons démontré des arguments en nous basant sur des sources fiables. Dans cette nouvelle, il n’y a ni bonne réponse ou mauvaise, puisque l’affaire n’a pas encore été réglée judiciairement, mais nous vous avons présenté les faits de cette enquête toujours en vigueur.

 

– Mia Lavallée, Kimberly-Ashley Jagusztyn, Paula Salcedo Luciano, Jade Leblanc, les Assistantes du Détecteurs de rumeurs