Elle aura été jusqu’en Cour Suprême pour faire entendre sa cause: la rainette faux-grillon, une espèce en péril, a gagné et sera donc protégée, du moins autour de la municipalité de La Prairie, en Montérégie.

Fichier audio

La Cour Suprême du Canada a ainsi débouté la demande d’un promoteur immobilier qui désirait construire des résidences sur un terrain doté de zones humides.

Le petit batracien aura imposé le respect du décret d’urgence adopté en 2016 pour le protéger, en vertu de la Loi sur les espèces en péril. Cela faisait quatre ans que la cause progressait devant les tribunaux.

Cette espèce, qui occupait historiquement les Basses-terres du sud de l’Ontario et du Québec, et qu’on ne trouve plus que dans moins de 10% de cette aire de répartition, n’en a pas fini de l’appétit des promoteurs sur la Rive-Sud de Montréal. À Longueuil, en décembre, des travaux de drainage ont commencé au sein d’un milieu humide où des rainettes hibernaient.

Qu’en est-il plus largement de la conservation de ces milieux humides et de la protection d’espèces menacées? Isabelle Burgun en parle avec:

  • Alain Branchaud, directeur général de la section Québec de la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP Québec)
  • Patrick Bourgeois, photographe animalier (la photo ci-dessus est de lui), militant et guide de plongée

Est-ce la première fois qu’un tel dossier se rend jusqu’à la Cour suprême en vertu de la loi sur les espèces en péril, qui remonte pourtant à 2002? Le Canada possède des obligations internationales en vertu de la Convention de la diversité biologique, mais les différentes juridictions compliquent tout cela. Est-ce que la protection des espèces doit passer par les tribunaux ?

Qu’a de particulier cette minuscule grenouille? Que nous apprend-elle sur la résilience d’espèces dont le territoire est grignoté par les routes et l’étalement urbain? Quelles sont les autres menaces qui pèsent sur elle?

La Covid a permis de reconnecter les citoyens avec leur environnement naturel et les parcs du Québec n’ont jamais vu autant de monde. Les Montréalais ont même eu la visite d’une baleine ! Est-ce que cela peut jouer en faveur des espèces en péril et menacées?

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13 h sur les cinq stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun. Recherche pour cette émission: Isabelle Burgun. Vous pouvez également nous écouter, entre autres, sur CIBO (Senneterre), CFOU (Trois-Rivières), CIAX (Windsor) et CFLX (Sherbrooke). 

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.

 

Photo: Patrick Bourgeois