Publicité

Autre action

Blogue

Actualité en microbiologie

Communiqué de l’ASPC sur la gonorrhée résistante aux antibiotiques

La gonorrhée antibio-résistante est en hausse - Intervention pressante nécessaire

Communiqué de l’ASPC sur la gonorrhée résistante aux antibiotiques
Cliquer sur la photo pour agrandir
Communiqué de l’ASPC sur la gonorrhée résistante aux antibiotiques

Vous trouverez plus d'information sur les infections transmises sexuellement (ITS), sur le site web de l'Agence de la santé publique du Canada.

masexualite.ca est un site de référence sur l'éducation sexuelle s'adressant aux jeunes, aux parents, aux enseignants et aux professionnels de la santé.

La gonorrhée évolue en un fléau résistant à la plupart des antibiotiques, et une intervention pressante est nécessaire pour lutter contre cette menace pour la santé publique, affirme un éditorial publié dans le JAMC (Journal de l’Association médicale canadienne). La gonorrhée, une infection sexuellement transmissible (ITS) qui provoque une maladie inflammatoire pelvienne et une uréthrite, se transforme en une bactérie multirésistante vu que la plupart des traitements sont maintenant inefficaces. Le Japon signalait le premier exemple de gonorrhée multirésistante. Neisseria gonorrhea, l’organisme responsable, peut muter rapidement et présente une biologie complexe qui a repoussé les tentatives de mise au point d’un vaccin. Il peut également promouvoir la résistance aux antibiotiques chez d’autres microbes par voie de transfert génique. Les méthodes ciblées visant les groupes à haut risque, notamment les jeunes qui sont actifs sexuellement, peuvent aider à stopper la propagation de la gonorrhée. Des campagnes de sensibilisation populaire créatives et humoristiques, comme la campagne de l’Alberta* contre les ITS, qui a mené à une augmentation de 15 à 20% des tests de dépistage au cours de son premier mois de diffusion, sont un début. L’accès au dépistage et aux soins doit être simplifié, et l’accent mis sur les pratiques sexuelles sans risque et sur l’utilisation du préservatif est déterminant. « Le spectre de la gonorrhée multirésistante répandue dicte une intervention urgente de la part des organismes de santé publique, des collectivités et des particuliers », concluent les auteurs. « Sans intervention, nous nous dirigeons tout droit vers l’époque d’avant les antibiotiques, avec une montée en flèche du nombre de décès découlant des autres organismes multirésistants ainsi que des infections gonococciques évolutives - avec des solutions de traitement pour l’uréthrite restreintes aux antidouleurs, aux bains et aux cathétérismes en cas de constrictions. »

______

Source: Medical News Today, le 20 septembre 2011