Dur coup pour l’amour-propre des abeilles: la forme hexagonale, marque de fabrique de leurs ruches, n’a rien à voir avec leur ingéniosité, mais dépend plutôt des forces de la physique.

C’est l’insulte aux abeilles lancée par l’ingénieur britannique Bhushan Karihaloo et ses collègues: en réalité, expliquent-ils, ces petites bêtes construisent des entrées circulaires, alignées comme une couche de bulles. La force de la gravité, la tension là où trois murs se rejoignent, le tout allié à la chaleur des corps des abeilles, adoucit la cire qui forme les murs, ce qui finit par donner cette forme hexagonale si caractéristique.

Comme l’hypothèse «physique» était toutefois sur la table depuis longtemps —plusieurs siècles!—, il en faudra plus pour faire taire les défenseurs du «génie» des abeilles: pour eux, l’hexagone est simplement le résultat d’une évolution par essais et erreurs vers la structure la plus efficace et la plus économique.

— Pascal Lapointe