En général, Disney aime bien prêter ses personnages pour des campagnes de protection de l’environnement (Bambi) ou des océans ( La Petite Sirène ). Qu’est-ce qui a changé avec l’Arctique?

Le magazine environnemental Think Progress révèle en effet que la multinationale du divertissement a décidé de rejeter la demande du gouvernement américain pour une utilisation des personnages du film La Reine des neiges (Frozen) dans le cadre d’une campagne de sensibilisation aux changements climatiques.

C’est le même type d’approche qui avait pourtant permis d’utiliser Bambi en 1944 dans le cadre d’une campagne de sensibilisation menée par le Service américain des forêts. Et si c’est parce que le réchauffement climatique est un sujet controversé aux États-Unis, il ne semble pas l’être autant que les maladies transmissibles sexuellement: Disney a en effet produit en 1972 un dessin animé éducatif sur les ITS. Selon l’Amiral Robert Papp, envoyé spécial des États-Unis pour l’Arctique, les représentants de Disney auraient rejeté sa demande sous le prétexte que leur mission est de raconter des histoires «qui projettent l’optimisme et qui finissent bien».