«Un mensonge peut parcourir la moitié du monde pendant que la vérité met ses souliers.» Cette citation de Mark Twain a servi à utiliser un nouveau cas cette semaine, tandis qu’un texte d’opinion faisait en moins de deux jours la tournée climatosceptique.

Ce texte, paru le 7 février dans le quotidien britannique Daily Telegraph, émane d’un chroniqueur de droite citant un blogueur, Paul Homewood. Ce dernier, en vérifiant les données de trois stations météo du Paraguay, a trouvé des températures qu’il considère avoir été «ajustées», c’est-à-dire corrigées à la hausse afin, conclut-il, de promouvoir «la peur climatique». Le 9 février, le texte était repris par le Drudge Report, influent blogue politique de droite aux États-Unis et faisait parler sur Fox News.

Or, ces ajustements sont connus, révisés par les pairs et documentés depuis des décennies. Ils s’appliquent à une poignée de stations météo, parmi les milliers prises en compte dans les calculs de la NASA ou de l’agence américaine des océans (NOAA). Ils ont pour but de corriger les biais introduits par des changements d’instruments de mesure ou par la croissance urbaine à proximité des stations.

Le problème, c’est que ces explications, moins spectaculaires que l’accusation initiale, n’ont commencé à être diffusées que le 9 février par des sites tels que Media Matters ou Ars Technica , tandis que la fausse information, elle, poursuivait sa tournée...