Passer ses journées assis semble être devenu le symbole d’un mode de vie trop sédentaire et donc, mauvais pour la santé. Et pourtant, ça dépend peut-être de la façon dont vous êtes assis.

Et c’est une possibilité envisagée depuis au moins les années 1950, rappelle cette semaine le New Scientist. Si on veut critiquer notre société sédentaire en effet, ce n’est pas seulement le fait d’être assis qu’il faut viser, mais… les chaises. Une célèbre étude, en 1953, avait recensé 100 différentes façons de s’asseoir, adoptées par 480 cultures, dont les plus répandues étaient aussi celles spontanément adoptées par les enfants occidentaux, avant qu’on ne les oblige à s’asseoir dans une chaise:: jambes croisées, ou agenouillé, ou la position dite « en petit bonhomme ». 

Or, les Hadza, des chasseurs-cueilleurs en Tanzanie, passent environ 9 heures par jour en position assise. La différence avec les Occidentaux étant qu’ils varient les positions, ce qui stimule davantage de muscles. Alors que la fonction même de la chaise est, au contraire, de reposer le dos et les bras, ce qui retire le besoin de changer de position. 

De là à dire qu’il faudrait repenser tout le travail de bureau, il n’y a qu’un pas… que notre travail de bureau ne rendra pas facile à franchir.