En janvier dernier, un informaticien spécialiste du suivi des milliers d’objets qui tournent autour de la Terre, prédisait qu’une fusée Falcon 9 de la compagnie SpaceX utilisée sept ans plus tôt pour mettre en orbite un satellite, était sur le point de s’écraser sur la Lune. Et puis, il s’avéra que c’était probablement un étage d’une fusée chinoise. Ce que la Chine nie. L’impact a eu lieu le 4 mars comme prévu. Et à la fin-juin, le lieu de l’impact a été photographié… et il y a deux cratères.

Bill Gray, l’ingénieur en question, avait vu juste pour la date d’impact mais, à ce jour, la nature de l’objet reste inconnue, même si les indices tendent vers le premier étage d’une fusée chinoise Longue Marche lancée en octobre 2014 avec à son bord la sonde lunaire Chang’e 5-T1.

Dans un communiqué publié le 23 juin, l’équipe derrière la sonde américaine Lunar Reconnaissance Orbiter annonce avoir identifié l’impact de « la fusée mystère »: deux cratères, l'un de 18 mètres de diamètre, qui est en partie « surimposé » sur l'autre, de 16 mètres de diamètre.

La logique aurait voulu qu’il n’y ait qu’un seul cratère, l’objet étant apparemment en un seul morceau. Et comme il n’y a pas d’air sur la Lune, aucune force de freinage n’aurait pu le briser en deux avant qu’il ne touche le sol.

Normalement, un tel étage d’une fusée a une importante partie de son poids concentrée à une extrémité: les réacteurs. Le reste est essentiellement un gros réservoir vide. On peut imaginer que chacun des deux cratères correspond à un de ces deux « morceaux », mais en l’absence de plus de détails sur la fusée Longue Marche —et le gouvernement chinois étant aussi peu volubile que d’habitude— la photo ne permet que de spéculer.

Ce n’est pas la première fois que des objets de fabrication humaine créent de tels petits cratères: les troisièmes étages des fusées qui ont mené là-haut les astronautes d’Apollo 13, 14, 15 et 17, ont longtemps tourné autour de la Lune, avant de s’y écraser. Les formes des cratères varient entre le cercle et l’ovale. Mais deux cratères, ce serait une première.