Entouré d’Éric Darier, porte-parole OGM de Greenpeace et de François Belzile, professeur en génétique végétale à l’Université Laval, votre humble serviteur participera à un bar des sciences intitulé « OGM : faut-il crier au loup? »

L’annonce va comme suit :

« Une décennie après leur apparition dans les campagnes, les cultures d’organismes génétiquement modifiés (OGM) progressent à un rythme impressionnant. Leur présence accrue dans notre alimentation et dans notre environnement soulève toujours de nombreuses questions.

Certains agriculteurs y voient une réduction de leur travail, un recours réduit aux pesticides et de meilleurs rendements. Les environnementalistes s’inquiètent de la dispersion des gènes d’OGM dans la nature qui pourraient menacer la biodiversité, favoriser l’apparition de résistances chez les plantes et les insectes. Les consommateurs se questionnent sur l’impact à long terme des OGM sur la santé : leur niveau de toxicité, l’induction possible d’allergies, la diminution de la valeur nutritive des aliments.

Les OGM sont-ils une solution sur une planète de plus en plus peuplée? Doit-on plutôt s’en alarmer ? Y aurait-il lieu de faire primer le principe de précaution? »

Qu’est-ce qu’un bar des sciences me demanderez-vous ? Selon le petit dépliant que m’ont remis les organisateurs, l’animateur présente le sujet et les invités qui sont répartis dans la salle; il n'y a pas de table de conférence ni d’estrade. Les invités, trois ou quatre scientifiques, expliquent tour à tour ce qu’ils font et expriment leurs idées sur le thème de la soirée. L'animateur remet le micro à la salle. Place à la discussion!

Si l’expérience vous intéresse, rendez-vous au Pub La Voie Maltée de Jonquière, mardi le 11 décembre à 17h00. Ce bar des sciences est organisé par le Cégep de Jonquière.