La semaine dernière, le gouvernement thaïlandais a décidé de cesser de protéger sa capitale. La Premier ministre a ainsi demandé aux habitants de mettre leurs biens à l’abri, afin de les protéger des probables inondations.

En effet depuis des semaines, des murs et des digues en sacs de sable ont été érigés pour empêcher la capitale d’être gagnée par les eaux. Ce sont les mesures de protection de Bangkok.

Suite à l’inondation d’une plaine au nord de la ville, contenant un aéroport fermé depuis des jours, et afin d’évacuer l’eau, les écluses ont été ouvertes. Face à la colère de certains habitants des alentours indignés de cette protection de Bangkok au dépend d’autres secteurs.

Ce mécontentement s’est clairement fait sentir lorsque certains habitants de la périphérie ont commencé à défaire eux même les digues. Le gouvernement a fait intervenir l’armée afin d’éviter tout débordement. Mais ceci semble révélateur de l’obstination dont a fait preuve le gouvernement face à une situation problématique mais inévitable.

Malgré cette mesure, le centre ville serait encore au sec, et le Premier ministre semble optimiste pour les jours à venir, affirmant que «Si tout le monde travaille dur (…), le niveau de l’eau à Bangkok va commencer à baisser la première semaine de novembre», alors qu’il s’inquiétait de voir Bangkok sous les eaux durant un mois il y a encore quelques jours.

L’armée est aussi présente afin d’assurer la distribution des vivres auprès des habitants, mais là aussi il semblerait y avoir des inégalités entre la capitale et la zone périphérique.

Rappelons que ces inondations ont déjà causé environ 320 morts, et de nombreuses pertes matérielles et crise sanitaires sont encore craindre…