Une étoile toute prête à éjecter ses rayons gamma dans notre direction. Intéressant phénomène astronomique... si ce n’est que plusieurs astronomes croient que c’est un événement comme celui-là qui a provoqué certaines des extinctions de masse du passé.

La vilaine: une étoile, en fait une étoile double, toutes deux massives, très massives. Si elles s’effondrent, ce qui pourrait se produire dans les prochains milliers d’années —pas millions, mais milliers— elles pourraient produire un jet tout aussi massif de rayons gamma. Or, leur axe de rotation pointe vers nous —comme un phare qu’on aurait dans les yeux à intervalles réguliers. Donc, on recevrait ce jet de rayons gamma en pleine figure.

L’étoile est à 8000 années-lumière d’ici. Si cela se produisait, quelles en seraient les conséquences pour la vie sur Terre?

D’abord, il y aurait un très grand flash, rendant aveugles plusieurs humains et animaux. Puis, après quelques heures, des molécules se décomposant dans l’atmosphère contribueraient à briser petit à petit la couche d’ozone. Au bout de quelques jours, les rayons ultra-violet du Soleil atteindraient la surface et se mettraient à anéantir toute vie non protégée.

En 2003, l’astrophysicien Adrian Melott a estimé que c’est ce qui s’est produit il y a 450 millions d’années: une des cinq extinctions de masse qu’a connues notre planète.

L’auteur de l’observation apocalyptique du jour, Peter Tuthill, est pour sa part astrophysicien à l’Université de Sydney, en Australie. Avec ses collègues, il s’intéresse à WR104 depuis six ans, ce qui lui a permis de photographier 10 orbites complètes —les deux étoiles tournent l’une autour de l’autre en huit mois.

Elles ont un fort vent solaire, ce qui provoque une éjection de « matériaux », visibles même à notre distance. C’est la traînée en spirale (sur la photo) que laissent ces matériaux qui permet de prévoir dans quelle direction s’en iraient ces fameux rayons gamma. « Cela pointe vers nous dans un angle de 0 à 16 degrés », expliquent les chercheurs dans l’Astrophysical Journal. Donc, pas la précision d’un rayon laser, loin de là, mais juste assez pour dire : la vie prendrait toute une claque.

Ceci dit, comme nul n’a encore vu d’aussi près une explosion de rayons gamma, il est impossible de prédire avec précision comment se ferait l’explosion : bien concentrée dans l’axe de rotation, ou bien éparpillée dans toute les directions à la fois, à la manière de l’explosion d’une supernova? Cette deuxième hypothèse serait préférable pour nos lointains descendants —et sans doute moins coûteuse en écrans de protection interplanétaires.

Modifications: 11 mars 2008