Déjà un modèle de science ouverte depuis les années 1990, la physique des particules va prendre encore plus d’avance sur le reste de la communauté scientifique: ses 12 principales publications deviendront accessibles à tous d’ici 2014.

Ces 12 revues publient environ 90% des articles en physique des hautes énergies, selon le CERN, qui a piloté ce dossier.

Le concept de «science ouverte» —l’idée que toutes les recherches doivent être accessibles à tous plutôt que réservées aux abonnés— provoque encore des débats houleux dans certains domaines.

Mais il fait partie de l’environnement des physiciens et mathématiciens depuis la création, en 1992, d’ArXiv, le premier serveur de pré-publication.

Or, cette fois, il ne s’agira plus juste d’articles déposés sur Internet avant leur publication, mais d’articles relus et révisés par les pairs: 7000 articles en 2011, selon le Sponsoring Consortium for Open Access Publishing in Particle Physics .

Pour les 12 revues, la perte des revenus d’abonnements est censée être remplacée par des revenus «par article publié», provenant d’un fonds alimenté par un millier de bibliothèques, les organismes subventionnaires et des institutions de recherche.