Les millions de personnes qui ont regardé la bande-annonce du futur Star Wars ont vu passer un robot, qui parle apparemment la même «langue» que son cousin R2D2, mais a la forme d’un ballon. Or, ça existe déjà. Et sur la station spatiale, rien de moins.

Si on ignore pour l’instant l’usage du robot-ballon vivant dans cette «galaxie très, très éloignée», ceux qui sont testés plus près de nous auront un jour pour tâche, espère-t-on, de nettoyer l’orbite terrestre de ces satellites inutilisés et autres déchets qui posent un risque aux astronautes.

Pour l’instant, les concepteurs de ces robots, au Massachusetts Institute of Technology, évaluent comment ceux-ci s’orientent en apesanteur et surtout, comment ils pourraient repérer un objet, s’en approcher et lui tourner autour pour évaluer le risque qu’il pose —et qui sait, peut-être même le réparer. Un premier article sur ces tests est paru en novembre dans le Journal of Spacecraft and Rockets .