Pourquoi croyons-nous à des théories du complot? Peut-être parce que notre cerveau a évolué pour voir des prédateurs partout.

Plusieurs traitent ces théories avec mépris, mais des chercheurs en sciences sociales les étudient de près: la variété des théories du complot révèle des choses instructives, disent-ils, sur une société, de même que sur les biais politiques des gens qui partagent ces théories.

Mais c’est peut-être encore plus profond que ça, écrivent les politologues américains Eric Oliver et Thomas Wood. Notre cerveau de mammifère, dans les 100 derniers millions d’années, n’a pas évolué pour traiter l’information d’un texte de l’Agence Science-Presse. Il a évolué pour survivre dans la nature, ce qui signifiait, avant toute chose, être capable de réagir au quart de tour à la possibilité qu’un bruit, une odeur ou le mouvement d’une branche soient des indices laissés un prédateur. En d’autres termes, notre cerveau serait programmé pour croire en l’existence d’ennemis qui, à tout moment, rôdent dans l’ombre...