Les fourmis ont un autre point commun avec les animaux et nous: elles ont un lieu précis pour satisfaire leurs besoins naturels.

«Ce sont des créatures très propres», souligne l’Allemand Tomer Czaczkes, auteur principal de la recherche parue dans PLOS One . Ce serait la première fois qu’une étude fait une telle démonstration et considérant la petite taille des fourmis et de leurs déjections, les chercheurs ont dû employer les grands moyens: certaines fourmis étaient systématiquement nourries avec une solution rouge, d’autres avec une solution bleue. Ce qui rendait les crottes plus faciles à repérer dans la fourmilière. Résultat: elles se retrouvent dans des coins, et toujours les mêmes. La toilette des fourmis, en quelque sorte.