Si vous êtes adeptes des Jeux olympiques, vous vous êtes peut-être déjà posé cette question : pourquoi les gymnastes sont-ils si petits ? Est-ce la taille qui fait le champion, ou bien l'entraînement qui fait la taille ?

En 2000 déjà, des chercheurs australiens s'étaient penchés sur la question en comparant la croissance d'un groupe de gymnastes prépubères et pubères à celle d'un groupe d'enfants ayant une activité dite « normale ». Leurs résultats montrèrent qu'il n'existait aucune différence de développement attribuable à cette activité physique. La gymnastique attirerait simplement les individus aux jambes courtes. En 2004, une autre étude a trouvé que l'âge osseux moyen des femmes gymnastes était plus jeune de deux ans par rapport à leur âge réel. Autrement dit, ces femmes ont connu un retard de croissance important.

En réalité, plus les gymnastes sont petits, plus ils ont de chances d'exceller, et cela s'explique tout simplement par la physique : un petit corps nécessite moins d'énergie pour être soulevé et propulsé — c'est pourquoi les gymnastes olympiques sont de plus en plus légers — car le rapport puissance/poids s'avère plus élevé. Une taille modeste garantit également un faible moment d'inertie, c'est-à-dire une moindre résistance à la rotation. Plus le poids d'un objet est éloigné de son axe de rotation, plus il est difficile de le faire tourner. C'est pourquoi les patineurs artistiques tournent plus rapidement lorsqu'ils rapprochent leurs bras de leur poitrine. Et c'est ainsi, entre autres, que Simone Biles, du haut de son mètre quarante-cinq, a pu remporter cinq médailles à Rio.

- Matthieu Fannière