Etre un citoyen connecté vient avec de nouveaux pouvoirs, mais aussi de nouvelles responsabilités. Le comité jeunesse de la Commission québécoise de l’éthique en science et en technologie s’est réuni plus tôt cette année pour parler de cybercitoyenneté. C’est le sujet de notre émission cette semaine.  

Fichier audio

La citoyenneté numérique, c’est notre capacité à comprendre ce qui se déroule sur Internet et à y prendre part. On parle aussi de partager les informations et de pouvoir remonter à leurs sources; et d’être assez critique pour comprendre leur influence. Comment faire comprendre au cybercitoyen que c’est en partie sa responsabilité de décoder le fonctionnement de ce nouvel univers? Comment réagir lorsque notre profil Facebook se retrouve disséminé sans notre consentement, comme l’affaire Cambridge Analytica l’a révélé à plusieurs?

C’est un espace public, mais ça n’a rien d’une véritable agora où tous les citoyens seraient égaux, de sorte qu’on est en droit de s’interroger sur la possibilité d’une véritable démocratie sur Internet.

La Commission de l’éthique en science et en technologie a donc réuni 12 jeunes pour se pencher sur les enjeux de l’heure —transparence, vie privée, droit à l’oubli, etc.. et leurs recommandations viennent de paraître.

Isabelle Burgun parle de numérique et de cybercitoyenneté avec

  • Ann-Sophie Gravel, étudiante en journalisme en arts et technologie des médias au Cégep de Jonquière. Elle fut, cet été, conseillère en communication pour la Fédération de la relève agricole du Québec.
  • Noémi Brind’Amour-Knackstedt, étudiante en droit à l’Université de Montréal.
  • Dominic Cliche, conseiller en éthique à la Commission de l’éthique en science et en technologie (CEST). Il y a été responsable de plusieurs dossiers relatifs au numérique, notamment pour les deux dernières éditions de la CEST-Jeunesse : L’éthique et les TIC à l’école (2015) et Éthique et cybercitoyenneté (2018).

D’où vient, chez nos deux plus jeunes invitées, cet intérêt pour les débats autour du numérique? Comment la CEST définit-elle un cybercitoyen? En quoi consistaient ces quatre journées de délibérations ? Que pensent-ils de ces scandales des dernières années autour des données numériques? Comment être un « bon cybercitoyen », et c’est quoi, le « cybercivisme » ?  Et on parle aussi en terminant d’un projet de « charte de cybercitoyenneté ».

+++

En chronique: comme chaque semaine on passer le micro à un scientifique éditorialiste. Cette semaine: Romain Dumoulin, ingénieur acousticien, consultant pour la ville de Montréal et membre du projet Ville sonore, piloté par l'Université McGill et l’Université de Montréal.  

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13 h et le samedi à 11 h sur les cinq stations régionales de Radio VM. Elle est animée par Isabelle Burgun. Recherche pour cette émission : Isabelle Burgun. Vous pouvez également nous écouter sur CHOQ-FM (Toronto), CIBO-FM (Senneterre), CFOU (Trois-Rivières), CIAX (Windsor), CHOW (Amos) et Radio-Fermont.

Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. La naissance de l'émission, en 2008, a également été accompagnée d'une initiative politique non partisane du même nom : rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter et sur Facebook.