Selon un récent rapport de Greenpeace, l’agriculture serait responsable de 17 à 32 % de l’ensemble des émissions mondiales des gaz à effet de serre (GES) causées par les humains.

Afin de réduire cette quantité de GES, la compagnie californienne Arcadia Biosciences prévoit récompenser les fermiers chinois qui cultiveront son riz OGM avec des crédits de CO2. Ceux-ci seraient ensuite vendus sur le marché mondial du carbone.

La compagnie développe un riz OGM qui aurait besoin de moins d’engrais azotés, ce qui diminuerait l’émission de protoxyde d’azote (N2O), GES au pouvoir de réchauffement global 310 fois supérieur à celui du CO2. Le N2O émet le tiers des GES générés par l’agriculture mondiale.

D’après Arcadia, si tout le riz mondial était OGM, l’émission de 50 millions de tonnes équivalents CO2 par an serait évitée.

«C’est une façon de gagner de l’argent, tout en faisant quelque chose de positif pour l’environnement», a déclaré Eric Rey, le PDG d’Arcadia. Il espère que le système fonctionnera d’ici 2012, date de l’entrée en vigueur d’un hypothétique après-Kyoto.