Avec la récente éruption de l'Eyjafjallajökull, nous nous sommes dit qu'il s'agissait d'un excellent moment pour faire un petit survol de nos connaissances en volcanologie avec une volcanologue... québécoise ! En effet, Hélène Gaonac’h Hélène Gaonac’h est volcanologue et chercheuse au Centre de recherche en géochimie et géodynamique (GEOTOP: www.geotop.ca). En plus de ses travaux scientifiques universitaires, elle communique sa science et sa passion des volcans aux enfants, avec le personnage de Vicki Volka, dont nous pouvons suivre les péripéties dans le livre Volcans et crème glacée à l’italienne, s’il vous plaît !, paru aux Éditions MultiMondes. Elle organise également des camps de jour scientifiques au GEOTOP sur les volcans, sur l'histoire de la Terre. Nous vous invitons à lui poser vos questions, auxquelles elle répondra pour la prochaine semaine.

Les volcans d'Islande (1 de 3)

Fin avril 2010 : le volcan islandais Eyjafjallajökull – aussi connu sous le nom de Eyjafjöll - ne semble pas avoir terminé son activité, même si son panache volcanique montre des signes de faiblesse depuis le 18 avril dernier. Les scientifiques ne savent pas s'il restera en activité pour quelques semaines, quelques mois ou quelques années encore. En effet, la dernière fois que l’Eyjafjallajökull fut en éruption, en 1821, il le resta avec des hauts et des bas pendant plus d'une année, soit de décembre 1821 jusqu’à janvier 1823. Les dernières éruptions du Eyjafjallajökull avaient également déclenché l'éveil de son voisin plus gros, le Katla, laissant les volcanologues penser que les deux volcans sont reliés souterrainement par « plomberie interne ». Ils ont donc un œil sur ce dernier…

Mais pourquoi trouve-t-on des volcans si proches les uns des autres en Islande, vous demandez-vous ? Simplement parce que l'île elle-même est volcanique !

Située au nord de l'océan Atlantique, entre le Groenland et l'Écosse, elle se retrouve sur la dorsale médio-atlantique, une ouverture du plancher océanique qui serpente sur plusieurs milliers de kilomètres à quelques kilomètres sous la surface, au fond de l'océan. À l'ouest de la fissure, la plaque nord américaine s'écarte vers l'ouest et à l'est de la fissure, la plaque eurasienne se déplace vers l'est à des vitesses de quelques centimètres par an ; l’île islandaise elle-même correspond à l'émergence au dessus du niveau de la mer de cette dorsale.

Cette « remontée » de la dorsale est causée par un phénomène géologique additionnel ici : la présence d'un « point chaud », une anomalie thermique située dans le manteau terrestre sous l'Islande, qui laisse remonter encore plus de magma à la surface. Cette convergence d'activité magmatique rend l'île volcanique très régulièrement active. Savez-vous que vous pouvez vous retrouver géologiquement soit sur la plaque américaine soit sur la plaque eurasienne selon l'endroit où vous êtes sur l'île ?

Le paysage de l'Islande est impressionnant, même pour une volcanologue ! Par exemple, si vous êtes déjà allé en Sicile, avez-vous monté le Mont Etna, son attraction volcanique par excellence ? Allez en Islande, vous serez autrement surpris par le foisonnement de volcans visibles : vous trouverez un volcan, puis un autre et un autre… une topographie complètement chaotique.

Typiquement un volcan est dessiné avec un sommet plus ou moins pointu. En Islande, vous découvrirez également des volcans dont le sommet est plat: en effet l'épaisseur de glace sous laquelle un volcan peut se former va modifier sa morphologie de telle sorte qu'il aboutit à une table mountain volcano ou tuya : un sommet quasi-horizontal et des flancs très raides. Mais les nombreux volcans qui parsèment l'île volcanique sont en majorité des stratovolcans avec une forme plus classique pointue, formant des successions de stratovolcans.

Ce fut mon expérience en montant le volcan Hekla situé vers le SE de Reykjavik : une enfilade de volcans ! En fait, toutes sortes de volcans et de roches volcaniques ou magmatiques se retrouvent en Islande.

C'est un des rares endroit sur Terre qui montre la force de la Nature et la petitesse de l'être humain qui la regarde.

Et vous ? Qu’est-ce qui vous impressionne le plus de l’Islande ?

Cliquez ici pour lire son deuxième billet : Un volcan est toujours en évolution (2 de 3) Cliquez ici pour lire son troisième billet : Une histoire de poule et d'oeuf ? (3 de 3)