Ce texte est une brève narration texto-visuelle. Il fait état d'activités qui se sont déroulées auprès de jeunes, en classe. Il y est question de redonner à l'imagination la place qui lui revient dans l'activité scientifique: « L'imagination est plus importante que le savoir » — Albert Einstein.

Il est communément admis que la créativité est confinée au domaine artistique. Être créatif, c'est être un artiste. La science c'est sérieux et rigoureux. Pas de place pour la fantaisie, estime-t-on trop souvent. Malheureusement, on oublie que ceux qui ont fait les amalgames les plus novateurs au chapitrs des connaissances, sont très souvent des scientifiques.

La créativité permet d'inventer d'autres chemins. Elle nous sort des schémas généralement admis. La créativité est un processus qui produit de nouvelles idées, de nouvelles associations d'idées et de nouveaux concepts, qui a prime abord ne semblaient n'avoir rien en commun. Jeter un regard différent sur le «réel» pour le déposséder de ses aspects austères, et lui permettre de se révéler sous des angles insoupçonnés, c'est l'exercice auquel nous nous sommes prêtés.

Les jeunes ne croulant pas encore sous le poids des informations et des principes académiques se sont livrés de bonne grâce au défi qui leur était proposé. Ils ont pris le relais du biologiste, du taxinomiste et de l'astrophysicien. L'esprit grand ouvert, ils ont assemblé de façon créative notions et concepts pour donner naissance à de fascinantes créatures viables et encore jamais vues.

Il y a de la vie sur les exoplanètes!

C'est ce qu'ont affirmé haut et fort 450 jeunes fréquentant 9 écoles montréalaises au printemps de 2010.

Au terme d'ateliers exploratoires en classe, chaque école s'est vue attribuée une exoplanète judicieusement choisie. Les participants et les participantes se sont familiarisés avec les caractéristiques de chaque exoplanète. Puis, avec l'aide d'un scientifique (l'auteur de ce blogue) et d'une artiste (Eugénia Reznik), les jeunes ont imaginé et réalisé en 3D les créatures qui pourraient possiblement vivre sur ces planètes et qu'ils estimaient en accord avec les paramètres qui leurs ont été fournis.

La mise en situation

Au moment où les annonces de découvertes d'exoplanètes foisonnent, les participants à ce projet ont poursuivi le travail des scientifiques en tentant de répondre à la question qui est dans tous les esprits : quelle forme de vie pourrait vivre sur ces planètes lointaines  ? S'appuyant sur leur inépuisable imagination, les étudiants, spontanément et avec enthousiasme, ont « matérialisé » des propositions de créatures, conçu des solutions étonnantes et argumentées.

Après confrontation avec le scientifique, les oeuvres ont été exposées dans un musée montréalais.

Prenez plaisir à visionner quelques images de leurs réalisations exceptionnelles.

D'autres photos (chez Les Débrouillards): http://www.lesdebrouillards.com/client/page_article.asp?page=5478