La vie sur Terre a-t-elle une origine extraterrestre? Une nouvelle étude de la NASA alimente cette hypothèse.

Une douzaine de météorites riches en carbone contiennent certains éléments de base de l'ADN, affirment des chercheurs américains de la NASA.

En fait, le Dr George Cooper et ses collègues ont confirmé que certaines nucléobases, les éléments constitutifs de l'ADN, ont bel et bien atteint la Terre avec des météorites, et ce, dans une plus grande quantité et diversité qu'estimé jusqu'à maintenant.

L'analyse de ces météorites retrouvés en Antarctique montre la présence d'adénine et de guanine, qui sont des nucléobases de l'ADN.

Les chercheurs ont aussi détecté trois molécules liées à des nucléobases qui ne sont presque jamais rencontrées en biologie, appelées « nucléobases analogues ».

Cette détection devient, selon le Dr Cooper, la première preuve que les éléments dans ces deux météorites proviennent bien de l'espace et non d'une contamination terrestre.

En effet, aucune de ces nucléobases analogues n'a été détectée dans des échantillons de glace et de sol collectés près de l'impact des deux météorites qui en étaient porteurs.

Cette découverte accroît le nombre d'indications selon lesquelles les réactions chimiques à l'intérieur des météorites et des comètes peuvent produire des éléments essentiels des molécules biologiques nécessaires à l'apparition de la vie.

Le détail des travaux est publié dans les Annales de l'académie américaine des sciences (PNAS).

Dans les années 60, des scientifiques ont détecté certains éléments d'ADN dans des météorites, mais ils n'avaient pu confirmer si ces derniers avaient été créés dans l'espace ou s'ils résultaient d'une contamination au contact de la vie terrestre.

En 2009, La NASA avait annoncé que des traces de glycine, un acide aminé qui entre dans la composition des protéines, se trouvaient dans la traînée laissée par la comète comète Wild 2.

______

Source: Radio-Canada.ca avec Agence France Presse