Héron d’Alexandrie a développé un ingénieux mécanisme pour permettre aux portes d’un temple de s’ouvrir d’elles-mêmes. Comme pour l’éolipyle, toute l’ingéniosité réside dans l’utilisation de la pression de l’air. En voici les explications, dessin à l’appui.

 

 

 

Voici la description que Héron fait de son système :

Le feu développant de la chaleur échauffera l’air qui est dans l’autel et le forcera à se répandre dans un plus grand espace. Cet air, passant dans le globe par le tube ηζ, chassera, par le siphon κλμ, le liquide qui y est contenu jusque dans le vase suspendu et celui-ci, en descendant par son poids, entraînera les chaînes et ouvrira les portes. Puis, quand le feu sera éteint, l’air raréfié s’échappera par les vides des parois du globe et le siphon recourbé attirera le liquide contenu dans le vase suspendu afin d’occuper la place des vides qui se sont produits.

Héron d’Alexandrie, Pneumatiques, I, XXXVIII