L’ADN des Islandais révèle que certains d’entre d’eux ont parmi leurs ancêtres une ou des Amérindiennes, arrivées là quelques siècles avant que Christophe Colomb ne «découvre» l’Amérique.

Les chercheurs, qui ont publié leurs résultats dans l’édition de décembre du Journal of Physical Anthropology, ont fait remonter l’origine d’une séquence génétique, jusqu’ici mystérieuse parce que d’origine autre qu’européenne, à un groupe de quatre Islandais nés au début des années 1700.

Toutefois, les différences génétiques entre ces quatre personnes suggèrent qu’elles descendent d’une femme arrivée en Islande des siècles plus tôt — soit à l’époque où les Vikings ont mis pied en Amérique.

Il pourrait toutefois être difficile de le prouver par une comparaison avec l’ADN d’Amérindiens modernes : ceux qui habitaient Terre-Neuve au moment où les Vikings y sont venus sont aujourd’hui disparus.