La moitié des scientifiques employés par le gouvernement fédéral peut donner des exemples d’ingérence politique dans les travaux. Le quart soutient qu’on leur a demandé d’omettre de l’information, ou de la modifier, pour des raisons non scientifiques.

Ce sont deux des résultats d’un sondage Environics mené auprès de 4000 scientifiques employés par le gouvernement fédéral et publié en octobre. Plus inquiétant, 86% affirment que si leur ministère prenait une décision susceptible de compromettre la santé et la sécurité publique, ils feraient face à des représailles s’ils en parlaient.

À l’émission cette semaine, Peter Bleyer, chef des communications et des politiques à l’Institut professionnel de la fonction publique, le syndicat qui regroupe ces scientifiques et qui a organisé cette enquête. On parle avec lui de ce sondage, mais aussi de l’état de la science: est-ce que ces normes affectent seulement les communications avec les médias ou les communications entre les scientifiques? Avec les coupes dans des secteurs «sensibles» comme l’environnement, n’envoie-t-on pas un mauvais message aux étudiants canadiens en sciences de l’environnement qui espèrent trouver un emploi dans leur pays?

Nos invités:

  • Peter Bleyer, chef des communications et des politiques à l’Institut professionnel de la fonction publique
  • En rediffusion: Peter Ross, expert des mammifères marins et des polluants qui les affectent. Chercheur à l’Institut des sciences de la mer du ministère canadien des Pêches et océans, en Colombie-Britannique, il a appris l’an dernier que son programme de recherche allait disparaître.

En musique : Aux arbres citoyens, par Yannick Noah

+++++++++++++

Je vote pour la science est diffusée le lundi à 13h30, sur les six stations régionales de Radio Ville-Marie. Vous pouvez également nous écouter le mardi à 11h à Radio Centre-Ville (102,3 FM Montréal) et vous abonner sur iTunes. Vous trouverez sur cette page des liens vers les émissions des saisons précédentes. Pour en savoir plus sur l'initiative Je vote pour la science, rendez-vous ici. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter.