Les réactions disproportionnées à Ebola, aux États-Unis et au Canada, ne sont pas seulement néfastes pour les hypocondriaques. Elles pourraient aider le virus à se répandre encore plus vite en Afrique.

Après les appels aux chefs d’État occidentaux pour qu’ils investissent davantage dans l’aide humanitaire, c’est un appel aux politiciens pour qu’ils se calment le pompon, qu’ont lancé sept médecins dans le New England Journal of Medicine .

À l’origine de leur colère, il y avait l’annonce le 22 octobre que des gouverneurs américains allaient mettre en quarantaine tout travailleur de la santé rentrant d’Afrique de l’Ouest. Une décision mise en vigueur le 24 octobre par les gouverneurs des États du New Jersey et de New York, à l’encontre d’une infirmière, et qui s’est retournée contre eux. L’infirmière, Médecins sans frontières et les médias, ont tous contesté l’absurdité et l’inutilité du geste.

C’est le même argument qu’invoquent les sept médecins: la décision des deux gouverneurs «est plus destructrice qu’utile... Les travailleurs de la santé qui risquent leur vie pour aider les autres, contribuent également à bloquer l’épidémie à sa source. Si nous ajoutons des barrières qui rendent plus difficile pour des volontaires de revenir dans leur communauté, nous nous nuisons à nous-mêmes.»