– Quand on s’alarme de la résistance des bactéries aux antibiotiques, c’est généralement parce que, quelque part dans le monde, un malade s’est soudain révélé porteur d’une souche de bactéries devant laquelle nos antibiotiques sont inefficaces. Mais on n’avait jamais pensé qu’une souche de bactéries chez des porcs puisse un jour faire tout aussi peur.

C’est ce qui est arrivé avec cette étude signée par des chercheurs chinois, britanniques et américains parue la semaine dernière dans Lancet Infectious Diseases. Les auteurs y annoncent avoir identifié une bactérie résistante au dernier des antibiotiques qui n’avait pas encore rencontré une telle résistance, la colistine — et ce qui n’arrange rien, cette bactérie peut se retrouver tout autant chez les porcs que chez les humains. Les chercheurs blâment l’usage inutile d’antibiotiques dans la nourriture des animaux de ferme, qui a accéléré l’évolution de souches de bactéries résistantes.

Si la colistine est un genre de dernier bastion contre l’ennemi, c’est parce qu’elle a été beaucoup moins utilisée que les autres antibiotiques depuis sa naissance, en 1959 : elle peut être toxique pour les reins. Et parce qu’elle a été peu utilisée, les bactéries ont mis plus de temps à développer une résistance. Mais ce temps est manifestement sur le point de finir, et en partie à cause des agriculteurs : parce que la colistine est moins populaire, elle est moins chère, une aubaine dont ont profité la Chine et des pays d’Europe