La loi de Hubble a été rebaptisée : cette loi qui établit que notre cosmos est en expansion, s’appellera désormais la loi de Hubble-Lemaître, en hommage à l’astronome belge beaucoup moins célèbre que son homologue américain, mais qui l’avait pourtant précédé de deux ans.

En 1927 en effet, Georges Lemaître — qui, en plus d’être astronome, était prêtre catholique — publiait un article, en français, dans les Annales de la Société scientifique de Bruxelles. À l’encontre de la théorie alors dominante, celle d’un Univers statique, Lemaître démontrait que toutes les galaxies s’éloignent les unes des autres à une vitesse proportionnelle à leur distance — soit exactement ce que Hubble allait écrire deux ans plus tard. Il calculait également un taux d’expansion — qui allait par la suite prendre le nom de constante de Hubble.

L’Union astronomique internationale, qui est l’organisme international accrédité pour nommer les planètes et autres corps célestes, a annoncé ce changement le 29 octobre, au terme d’un vote électronique tenu parmi ses membres.

Au fil des décennies, il y a inévitablement eu des accusations comme quoi on ne serait pas devant deux scientifiques ayant eu la même inspiration, mais devant l’un qui aurait plagié l’autre. Une enquête menée en 2011 sur une lettre de 1931 qui accompagnait la première traduction en anglais de l’article de Lemaître, avait établi que ce que certains avaient soupçonné d’être une traduction sélective pour ne pas nuire à la réputation de Hubble — quelques paragraphes-clefs manquaient — était un choix d’édition de Lemaître lui-même.

Selon la revue Nature, ce serait la première fois qu’une association scientifique vote pour changer le nom d’une loi scientifique.