La compagnie qui promettait une téléréalité spatiale, a été rattrapée par la réalité. Avant même d’avoir pu organiser son premier aller simple vers Mars, elle vient de sombrer dans un trou noir.

Mars One, fondée par l’entrepreneur néerlandais Bas Lansdorp, vient en effet d’être déclarée en faillite. C’est cette compagnie qui avait reçu (ou prétendu avoir reçu) 200 000 candidatures en 2013, après l’annonce d’un ambitieux projet : l’établissement à partir de 2024 de la première colonie sur Mars. Tellement ambitieux, qu’il avait d’emblée été déclaré suicidaire. Ce qui n’avait pas empêché un millier de volontaires d’accepter d’être retenus parmi les demi-finalistes, puis 100 d’entre eux, dont six Canadiens et un Français, parmi les finalistes : desquels il était censé n’en rester que 24 au moment du premier départ, dans cinq ans.

Sauf qu’il n’y aura pas de départ, a confirmé lundi Bas Lansdorp. L’entreprise n’a manifestement pas réuni les fonds privés et les revenus espérés pour les droits de diffusion de cette téléréalité en apesanteur. L’avis de faillite déposé le 15 janvier en Suisse est avare de détails, mais riche en enseignements : il ne reste rien dans le compte. « La Cour civile de la ville de Basel a déclaré la compagnie en faillite, effective ce 15 janvier 2019, et ainsi, la dissout. »