Les cratères Eagle, Endurance, Vostok, Erebus, Beagle, Victoria, Porcupine, Conception, San Antonio, Lightning, Intrepid, Voskhod, Santa Maria, Freedom 7, Gemini 5 et le géant Endeavour : Opportunity les a tous faits pendant ses 14 années sur Mars. Mais toutes les bonnes choses ont une fin.

Suivant l’expression consacrée au Québec, la NASA a officiellement « déplogué » mardi soir sa sonde martienne, qui ne répondait plus depuis juin dernier. Elle avait dépassé de très loin son espérance de vie qui était initialement de… trois mois. Tout comme les 45 km qu’elle a parcourus dépassent de loin l’objectif initial, en 2004, à l’époque où les planétologues auraient été satisfaits si elle n’avait roulé que pendant quelques centaines de mètres.

Avec ses 217 594 photos — toutes accessibles au public sur Internet — Opportunity bat un autre record. Mais elle aura surtout sa place dans les livres d’histoire — de concert avec sa jumelle Spirit, débranchée en 2010 — pour avoir confirmé que Mars avait déjà eu de l’eau à sa surface. Un fait depuis longtemps pris pour acquis, mais qu’aucune machine humaine n’avait encore pu « toucher » : des sillons laissés par l’écoulement de l’eau sur le sol (2007), des minéraux qui pouvaient seulement être créés dans de l’eau salée (2008), et de l’argile (2013) potentiellement formée, jadis, dans de l’eau douce (et là où il y a eu de l’eau douce, il y a peut-être eu de la vie).

Un autre robot américain, Curiosity, roule encore sur Mars, depuis 2012, et le robot Insight qui, lui, ne roule pas, les a rejoints en novembre dernier.