Encore un : un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait vacciner ses enfants.

L’agence locale de santé publique recensait dimanche huit cas de rougeole à Vancouver, dans trois écoles, fréquentées par les trois fils d’Emmanuel Bilodeau.

En seulement quelques mois, c’est donc le troisième « événement » de rougeole en Amérique du Nord, et chaque fois, ces résurgences ont été associées à des communautés non vaccinées ou sous-vaccinées. Plus d’une cinquantaine de cas ont été recensés depuis janvier dans une banlieue de Portland, Oregon, et plus de 200 depuis octobre dans deux communautés juives orthodoxes de New York. Dans ces trois événements, ce sont surtout des enfants qui, non vaccinés, ont transmis la maladie à d’autres enfants non vaccinés.

Aux États-Unis, la rougeole avait été prématurément déclarée « éliminée » en 2000, parce que plus d’une année s’était écoulée sans un seul cas de transmission.

Interrogé dimanche par la CBC, le père de famille de Vancouver, Emmanuel Bilodeau, a reconnu que sa femme et lui n’avaient pas fait vacciner leurs fils parce qu’ils n’avaient pas confiance en la science « à l’époque ». Comme plusieurs autres, ils adhéraient à la croyance en un lien entre autisme et vaccin RRO (rougeole-rubéole-oreillons).

Nous nous inquiétions il y a 10-12 ans parce qu’il y avait beaucoup de débats autour du vaccin RRO. Des docteurs arrivaient avec des études faisant une connexion entre le vaccin RRO et l’autisme.

Il a changé d'avis, dit-il : « nous ne sommes pas anti-vaccination. Nous sommes juste des parents très prudents. » Il présume qu’un de ses fils a contracté la maladie dans son récent voyage au Vietnam puis l’a transmise à ses deux frères, qui l'ont ensuite apportée à l'école.

 

Ajout 28 février: on en est à 15 cas en Colombie-Britannique.

Ajout 9 mars: dans une des communautés juives orthodoxes de New York, un seul garçon non vacciné aurait infecté à lui seul 21 autres garçons non vaccinés.