Justin a écrit au Détecteur de rumeurs pour savoir si le vaccin contre le tétanos avait une utilité, considérant, dit-il, que cette maladie n’est pas contagieuse.


Cet article fait partie de la rubrique du Détecteur de rumeurscliquez ici pour accéder aux autres textes.


 

La réponse du Détecteur de rumeurs

C‘est vrai, le tétanos n’est pas une maladie contagieuse qui se transmet d’un humain à un autre, contrairement aux autres maladies couvertes par le Programme québécois d’immunisation —comme la diphtérie, la coqueluche, la polio et la varicelle. Une personne non vaccinée qui attrape le tétanos ne met donc pas la santé (et la vie) des autres en danger, comme c’est le cas pour la coqueluche, par exemple.

Toutefois, c’est une maladie grave et potentiellement mortelle pour la personne infectée, qui peut être prévenue grâce à la vaccination. Le tétanos est causé par une bactérie qui vit principalement dans le sol et la poussière, ainsi que dans les excréments et parfois la salive. Cette bactérie peut pénétrer dans le corps par une plaie, comme une coupure. Même une simple éraflure qui renferme un tout petit peu de terre peut provoquer une infection. D’ailleurs, plus de la moitié des personnes qui contractent le tétanos n’ont pas subi de grosse coupure ou blessure.

Chez un enfant ou un adulte non vacciné, cette bactérie produit une toxine qui s'attaque aux nerfs contrôlant l’activité musculaire. Dans les deux semaines qui suivent l’infection, la personne aura des symptômes comme des contractions musculaires sévères qui touchent d’abord les muscles du cou ou du visage, avant de se répandre dans tout le corps. Dans les pires des cas, la bactérie peut provoquer des convulsions. On compte même des décès: malgré des soins appropriés, plus de 10 % des enfants et des adultes qui contractent le tétanos en meurent.

C’est donc pour prévenir cette maladie grave qu’on inclut ce vaccin dans le Programme québécois d’immunisation. Outre les quatre doses données aux enfants entre l’âge de 2 mois et 14 ans, on recommande aujourd’hui un seul rappel du vaccin à l’âge de 50 ans