Des particules d’argent microscopiques pourraient-elles tuer toutes sortes de virus et de bactéries dans votre corps? Pas vraiment, constatent le Détecteur de rumeurs et l’Organisation pour la science et la société.


Cet article fait partie de la rubrique du Détecteur de rumeurscliquez ici pour les autres textes.


 

« Le plus redoutable combattant de maladies que l’Homme connaisse », prétend-on, « c’est l’argent colloïdal qui suffoque plus de 650 virus et bactéries jusqu’à leur mort. »

DDR-OSS-logoL’adjectif « colloïdal » signifie que l’argent, parce qu’il n’est pas soluble dans l’eau, y reste en suspension, sous la forme de particules extrêmement fines. « L’argent colloïdal » s’ajoute du coup à une longue liste de remèdes-miracles: on lui a successivement attribué la capacité de guérir bronchites, rhumes, empoisonnements alimentaires, gonorrhées, méningites, conjonctivites, tuberculoses et infections multiples, sans oublier le sida… et même le cancer. Une liste à laquelle s’est ajouté, cette année, le coronavirus.

Pourquoi l’argent? Ces affirmations se basent sur une parcelle de vérité : l’argent possède des propriétés antimicrobiennes. À la surface de l’argent métallique, on retrouve toujours de l’oxyde d’argent, un produit du contact de l’argent avec l’oxygène de l’air. De petites quantités d’oxyde d’argent peuvent être dissoutes dans de l’eau et les ions d’argent qui en résultent ont le pouvoir de déstabiliser le métabolisme des bactéries. Ce pouvoir est exploité par certains filtres à eau qui contiennent de petites quantités d’oxyde d’argent pour prévenir une éventuelle contamination bactérienne. De même, le nitrate d’argent est parfois utilisé dans des gouttes pour les yeux afin de prévenir la conjonctivite chez le nouveau-né, une infection qui peut être acquise lors du passage à travers le canal de naissance.

Mais on est très loin d’un traitement contre une maladie infectieuse. De plus, on parle au mieux d’applications topiques alors que les sites de santé naturelle recommandent d’en boire.

Il n’existe aucune preuve comme quoi ingérer de l’argent colloïdal peut avoir pour effet, par exemple, de renforcer le système immunitaire. Il existe par contre des données qui démontrent que cette substance peut causer des dommages. Avant l’ère des antibiotiques, des gouttes de nitrate d’argent pour le nez étaient communément utilisées afin de combattre les infections. Les médecins découvrirent assez rapidement que la condition de leurs patients ne s’améliorait pas. Qui plus est, ces patients devenaient gris! Ce changement dans la coloration de la peau se nomme argyrisme et résulte d’un dépôt d’argent dans la peau.

La vente de produits sans ordonnance contenant de l’argent colloïdal auxquels se greffent des allégations de santé est maintenant interdite. Les fabricants contournent la loi en vendant leurs produits comme suppléments alimentaires.

 

Ce texte est une adaptation du billet rédigé en anglais par Joe Schwarcz, publié sur le site de l’Organisation pour la science et la société de l’Université McGill.