Bien que les homicides par poison soient rares, ceux qui utilisent cette méthode sont en général des individus... « intéressants ». L’utilisation d’une arme à feu ou d’une arme blanche se fait souvent de manière irréfléchie mais quand il s’agit de poison, cela demande un certain degré de connaissance et de préparation. Ce qu’illustre bien l’histoire de Graham Young (1947-1990).

Graham Young fut fasciné par la toxicologie, la « science des poisons », dès son plus jeune âge et, plus particulièrement, par les propriétés du sulfate de thallium. Le sulfate de thallium est un composé particulièrement toxique qui agit en remplaçant dans le corps humain les ions de potassium essentiels au fonctionnement du système nerveux et aux échanges cellulaires par des ions de thallium. De plus, pour un empoisonneur, le sulfate de thallium a l’avantage d’être inodore, incolore et sans saveur.

À l’âge de 14 ans, Graham Young passe de la théorie à la pratique. Il commence à ajouter, en augmentant progressivement la dose, du sulfate de thallium dans le thé de son père, de sa belle-mère, de sa sœur et d’une amie d’école, en prenant soin de noter dans un cahier d’école la progression des effets du poison. Après quelque temps, sa belle-mère meurt sans que les médecins n’arrivent à déterminer la cause du décès. Les autres victimes de Graham Young auraient subi le même sort si cela n’avait été de l’intervention de son professeur de chimie. Celui-ci prévient la police après avoir découvert le cahier de notes de Graham Young. Le meurtrier avoue ses crimes et est condamné à 15 ans de prison.

Après seulement neuf ans, il est libéré pour « bonne conduite » et parce qu’il est soi-disant guéri de son obsession des poisons. Mais en fait, ces derniers le fascinent toujours. Maintenant âgé de 23 ans, il obtient un emploi dans un laboratoire de photographie. Très rapidement, il recommence à ajouter du thallium dans le thé de ses collègues de travail. Après quelque temps, deux d’entre eux meurent et, encore une fois, sans que les autorités n’arrivent à déterminer la cause du décès. Graham Young, choqué de leur ignorance, leur confie lui-même que les symptômes concordent avec l’hypothèse d’un empoisonnement au thallium. L’intervention de Graham Young amène la police à découvrir ses antécédents. Inculpé de nouveau, il est condamné à la prison à perpétuité. II y meurt en 1990 à l’âge de 42 ans.

_______________________________________________________________________________________________________ LES MANCHETTES SCIENTIFIQUES d’Ariel Fenster L’Organisation pour la science et la société de l’Université McGill présente des capsules sur des sujets défrayant l’actualité scientifique. Plus de renseignements sur ces sujets, ou d’autres d’intérêt général, sont disponibles en communiquant avec Ariel Fenster.

Professeur Ariel Fenster Organisation pour la science et la société de l’Université McGill 514 398-2618