Imaginez qu'une université réputée propose de mettre en œuvre une étude pour déterminer «une fois pour toutes» si la terre tourne autour du soleil. Ne penseriez-vous pas que la question a déjà été réglée depuis longtemps et que c'est un gaspillage de revisiter ce sujet ? En fait c'est précisément ce qui est en train de se passer à l'Université de Toronto.

La doyenne de la Faculté de Pharmacie, le Dr Heather Boone, propose de tester «une fois pour toutes» l'efficacité de l’homéopathie dans le traitement de troubles de la santé, en l’occurrence, du déficit d'attention et de l’hyperactivité (TDAH) chez les enfants.

Ce qui choque dans la démarche du Docteur Boone c’est que le manque d'efficacité de l'homéopathie, en dehors de l'effet placébo, est une chose déjà établie par de nombreuses études sérieuses. On peut ainsi se demander si le but de l'étude du Dr Heather Boone est d'offrir une légitimité à une théorie qui n'a aucune validité scientifique. Le fait que le nom de l'Université de Toronto soit associé à ce genre d'étude est aussi très discutable.

Les médicaments homéopathiques proposés pour le traitement du TDAH sont basés sur les principes de similitude de symptômes et de dilution. Si une substance cause certains symptômes, cette substance une fois diluée, peut être utilisée pour traiter une personne ayant les mêmes symptômes et, plus diluée est la substance, plus elle devient efficace. Par exemple, un des traitements homéopathiques prescrits pour le TDAH contient des extraits de l'araignée tarentula hispana, mais dilué successivement 30 fois par un facteur de 100. À ce niveau de dilution il n'y a aucune chance que la solution contienne une quelconque quantité de l'extrait original.

Ce qui est particulièrement inquiétant avec l'étude de Heather Boone, c'est qu'elle propose de la conduire avec la Clinique Homéopathique Riverdale de Toronto. Une clinique proposant un nombre de traitements discutables tels que la thérapie cranio-sacrale ou encore les bougies auriculaires. De plus, le Dr Heather Boone est, pour cette étude, associée à Mme Landau-Halpern qui officie au sein de cette même clinique en tant qu'homéopathe. Dans un reportage en caméra cachée de l'émission Marketplace, de la télévision publique canadienne CBC, on y voit Mme Landau-Halpern conseiller à une jeune mère d'utiliser des vaccins homéopathiques, les nosodes, à la place de vaccins conventionnels. Cela malgré la position de Santé Canada : les nosodes ne sont pas des substituts aux vaccins.

Face à cette situation, mon collègue Dr Joe Schwarcz, de l'Organisation pour la science et la société, a écrit au Dr Boone pour lui demander comment elle pouvait justifier une approche discréditée par l'ensemble de la communauté scientifique et qui pourrait être utilisée pour justifier l'injustifiable. Le courrier a été signé par quatre-vingt-dix scientifiques y compris deux prix Nobel.

Après avoir gardé le silence, le Dr Boone a accepté de débattre du sujet avec le Dr Schwarcz à la radio de CBC. Cela a donné lieu à des échanges intéressants mais non concluants. Le Dr Boone réaffirme qu'elle ne faisait pas la promotion de traitements homéopathie, mais qu'elle voulait simplement savoir pourquoi des patients qui prennent ces préparations disent qu'ils se sentent mieux. Ce à quoi mon collègue a répondu que ce genre de recherche avait déjà été réalisé maintes fois et que l'on sait sans équivoque que c'est l'effet placébo qui entre en ligne de compte. L'attention, portée par l'homéopathe au patient, constitue le principal bénéfice. C'est cette approche psychologique qui est efficace dans le traitement du TDAH, pas l'ingestion de molécules imaginaires. Comme le dit, le Dr Schwarcz «trop, c’est trop!», l'homéopathie ne requière pas d'études supplémentaires pour démontrer son manque de crédibilité, cela, même si l'étude est faite selon les normes scientifiques les plus rigoureuses. Pour ce dernier, l'argent aurait pu être mieux utilisé en évaluant des approches plus appropriées.

Il est intéressant de noter que l'affaire a fait des remous dans les milieux anglophones tandis que les média francophones l'ont ignoré, bien qu'elle ait été mentionnée dans une capsule de L'Agence Science-Presse. Est-ce parce qu'au Québec l'homéopathie n'est pas d'actualité? J'en doute mais le manque de plus de réactions me surprend.