Le dernier instrument mathématique de la démocratie athénienne est un outil statistique : la représentativité. En faisant un découpage de l’Attique à la manière d’un plan de sondage, Clisthène a permis à l’Assemblée de représenter, au sens statistique du terme, l’ensemble de sa population. Cette notion s’oppose à la notion de représentation des démocraties modernes, que l’on accuse justement parfois d’un manque de représentativité.