Akira Iritani, un éminent généticien japonais, compte cloner un mammouth d’ici 2018.

La découverte d’un os de mammouth congelé contenant de la moelle très bien conservée ravive les attentes du Dr Iritani.

Il espère en extraire l’ADN pour fabriquer des chromosomes, les introduire dans un ovule d’éléphant et implanter ce dernier dans l’utérus d’une mère porteuse (une éléphante, il va sans dire).

Le défi est de taille (sic)!

D’abord, il est fort à parier que l’ADN du mammouth, congelé depuis des milliers d’années, soit dégradé.

De plus, il est difficile de prélever un ovule mature chez une femelle éléphant, car celle-ci n’ovule que tous les cinq ou six ans.

Finalement, rien ne prouve qu’un embryon de mammouth puisse se développer normalement dans le ventre d’une éléphante.

À cela s’ajoutent des questions éthiques.

Qui prendrait soin de l’animal?

Serait-il présenté au public?

Est-il raisonnable de faire revivre une espèce disparue, alors qu’il y a tant d’animaux à protéger?