Tout le monde aime les Ig Nobel: irrévérencieux moqueurs, humoristiques, ils font, malgré les apparences, honneur à la discipline scientifique en démontrant que les scientifiques savent rire d’eux-mêmes. Mais est-il normal de leur accorder plus d’importance qu’aux Nobel?

Une revue de presse de la dernière semaine révèle en effet de curieux phénomènes: de nombreux journaux qui n’ont pas jugé bon de consacrer un seul entrefilet aux Nobel de chimie et de physique, ont accordé de longs textes, avec photo, aux Ig Nobel. D’autres ont consacré aux Ig Nobel un texte-maison bien écrit et bien situé, tandis que les Nobel n’ont eu droit qu’au texte "standard", pas toujours bien vulgarisé, d’une agence internationale.

Ceci étant dit, ne sacrifions pas à la tradition, et voici la liste des Ig Nobel 2006:

  • Ig Nobel d’ornithologie: pourquoi les piverts n’attrapent pas le mal de tête, par Ivan Schwab, de l’Université de Californie (2002);
  • Ig Nobel de médecine: le hoquet chronique interrompu par un massage rectal, par Francis Fesmire, de l’Université du Tennessee (1990);
  • Ig Nobel de nutrition: les coquerelles font la fine bouche, par une équipe de biologistes koweitiens (1997);
  • Ig Nobel d’acoustique: pourquoi les gens n’aiment pas le son des ongles sur un tableau, par une équipe de trois universités américaines (1986);
  • Ig Nobel de mathématiques: combien de photographies d’un mariage faut-il prendre pour s’assurer que tout le monde ait les yeux ouvert sur au moins une photo, par Nic Svenson, de l’Organisation de recherche scientifique du Commenwealth australien;
  • Ig Nobel de physique: comment couper le spaghetti, par Basile Audoly et Sebastien Neukirch, de l’Université Pierre et Marie Curie (2005);
  • Ig Nobel de chimie: l’effet de la température sur le fromage cheddar à des vitesses plus rapides que le son (1999);
  • Ig Nobel de biologie: la mouche anophèle, responsable de la transmission de la malaria, est également attirée par l’odeur des pieds humains que par celle d’un hamburger au fromage;
  • Ig Nobel de la paix: Howard Stapleton, de la firme galloise Merthyr Tydfil, pour son dispositif-à-repousser-les-adolescents (il émet un son audible seulement par eux);
  • Ig Nobel de littérature: pourquoi l’usage des mots les plus longs et les plus compliqués est inutile, par Daniel Oppenheimer, de l’Université Princeton (2006);

Un classique de la cérémonie annuelle des Ig Nobel: des scientifiques doivent résumer leur discipline en sept mots. Les mots de Frank Wilczek, du MIT, spécialiste de la matière sombre: what you see isn’t what you get.