En 2009, on a fait reculer d’un million d’années le moment du premier être à avoir une allure vaguement humaine, et en même temps, le chimpanzé, lui, a trouvé le moyen d’avoir l’air plus humain... en nous tirant des roches! Survol des événements les plus significatifs de l’année... sinon de la décennie!

Pas moins de 11 articles scientifiques ont été consacrés en octobre à Ardi, ce qui est d’ordinaire le signe que quelque chose de très important vient de se produire. Ce squelette vieux de 4,4 millions d’années n’a pas seulement pour lui d’être bien conservé : il réécrit une partie importante du livre de l’évolution —le dernier chapitre, celui qui mène des pré-humains à nous. Cela lui vaut d’être notre découverte de l’année 2009.

Et attention, il ne faut pas confondre Ardi avec Ida, ce squelette d’un petit mammifère vieux de 47 millions d’années qui avait eu une attention médiatique énorme (jusqu’à la page d’accueil de Google) mais dont l’intérêt scientifique était, au mieux, douteux. Ardi, lui, fait d’ores et déjà partie de l’histoire des sciences, aux côtés du premier squelette d’un Néandertalien au 19e siècle, et celui de la célèbre Lucy, l’australopithèque de 3 millions d’années découverte en 1974.

L’équivalent en physique aurait sans doute été de mettre finalement la main —façon de parler— sur un boson de Higgs, mais à défaut de réécrire aussi les grands livres, la plus importante découverte de l’année en physique —selon la revue Science— nous vient de loin : la découverte de pulsars —des étoiles qui émettent de puissants jets, aussi réguliers qu’un phare, dans ce cas-ci de puissants jets de rayons gamma. En quoi est-ce aussi important? Parce que c’est une ouverture sur « le ciel des rayons gamma », l’équivalent d’un daltonien qui découvrirait soudain la couleur rouge : « un univers de hautes énergies sans repos », comme le résume Science. Où cela nous mènera-t-il? Rendez-vous en 2010, mais plus probablement en 2020 ou 2030...

En troisième position...

Comme quoi la physique est la science des extrêmes, son autre percée de l’année est aussi loin des étoiles qu’il est possible de l’être : la production d’un matériau d’une épaisseur... d’un atome, le graphène. Formé de molécules en forme de ruche, dont l’empilement donne le graphite, le graphène fut isolé pour la première fois en 2004 par des chercheurs britanniques, et en 2009, d’autres chercheurs, en au moins six endroits différents, ont découvert comment le manipuler en vue d’une exploitation commerciale.

Commerciale? À quoi pourraient servir des feuilles d’un atome d’épaisseur? Eh bien, aux mythiques (de moins en moins mythiques) ordinateurs quantiques. Les électrons voyageant plus vite à travers une feuille de graphène que dans tout autre matériau connu, une équipe d’IBM a rapporté en janvier avoir sous la main un transistor de graphène capable de faire 26 milliards d’opérations par seconde. C’est pas mal plus que le meilleur de vos ordinateurs roulant sur une bonne vieille puce de silicium.

Quatrième percée de l’année, et celle-là est plus près du plancher des vaches —à tous les sens du terme : un composé extrait d’une bactérie accroît l’espérance de vie des souris. Un régime riche en rapamycine, donné à des souris de 600 jours (l’équivalent d’un humain de 60 ans) a prolongé leur vie de 9 à 14%. Le même type d’expérience avait donné des résultats encourageants chez des vers et des mouches, mais c’est la première fois qu’un mammifère y a droit.

Autres percées de 2009, plus ou moins obscures mais absolument certaines de faire des petits dans les années 2010 :

- Le redémarrage du Large Hadron Collider (LHC) pour percer les secrets de l’univers; - Un nouveau laser géant à rayons X (une bestiole de 130 mètres de long qui a besoin de 2 heures pour être « allumée ») au sein de l’accélérateur de particules de Stanford; cela permettra littéralement de voir les atomes en mouvement; - Des réparations (longtemps contestées) au télescope spatial Hubble qui lui ont permis de tirer les meilleures photos de ses 19 ans de carrière; - La glace sur la Lune : oui, il y en a, finalement; - Et ce chimpanzé de 30 ans qui, dans un zoo de Suède, lance des roches aux visiteurs. Mais pas n’importe comment : des roches qu’il a sélectionnées pour leur aérodynamisme et amassées en un endroit stratégique. Bref, une forme de planification qui vaut bien des programmes politiques...