La présidence de la compagnie après 20 ans d'années de service, coché. Deux beaux enfants, un chalet et le yacht de rêve amarré à vos pieds, coché. Vous repassez la liste de vos réalisations avec la satisfaction d'avoir atteint vos buts. Au fond, ces objectifs sont-ils vraiment les vôtres? Pas tout à fait.

La plupart des gestes posés pour atteindre un but bien précis répondent à notre volonté consciente. Ce lien de cause à effet s'illustre dans la vie de tous les jours, comme l'action d'appuyer sur les freins pour éviter une collision, ou dans la planification d'objectifs à long terme, le choix de carrière, par exemple.

Or, une équipe de psychologues néerlandais a réalisé une importante percée à partir d'une revue de la littérature scientifique, dont les résultats bousculent les idées reçues. Leurs conclusions, publiées dans l'édition de juillet de la revue Science, confirment qu'une grande partie des objectifs naissent aussi de façon inconsciente et, en même temps, la façon de les atteindre l'est tout autant.

Le cœur a ses raisons que la tête ignore. Faux!

Pour expliquer ce mécanisme inconscient, les spécialistes ont notamment fait ressortir les conclusions de trois études précises. Il ressort que les interactions sociales et les stimuli de l'environnement participent à la création des buts chez un individu sans qu'il le reconnaisse consciemment. Ces objectifs cogitent dans l'ombre et déclenchent l'action pour les atteindre, comme la détermination de travailler plus fort pour une tâche spécifique, faire un geste altruiste pour quelqu'un dans le besoin ou simplement donner le goût de rencontrer des gens ou de sortir avec des amis.

Des chercheurs avaient commencé à comprendre le rôle de l’inconscient dans une étude significative réalisée en 2001. On avait demandé à deux groupes d'étudiants de compléter un premier puzzle avec des mots. Dans le premier groupe, les mots étaient associés à des réalisations positives, comme « gagnant ou accomplir ». Le deuxième groupe travaillait avec des mots sans connotation particulière.

Arrivés au deuxième puzzle à compléter, les étudiants exposés aux mots associés aux réalisations positives ont surclassé leurs collègues dans l'exécution de la tâche. Dans leurs observations, les spécialistes soulignent l'influence directe de la motivation inconsciente sur la ténacité et la souplesse mentale dont les étudiants ont fait preuve pour y arriver. Ces qualités sont essentielles dans toutes réalisations, remarquent les chercheurs.

Quand on a demandé aux sujets s'ils avaient perçu une influence quelconque avant de commencer l'expérience, les deux groupes n'avaient rien remarqué de particulier. Les résultats ont donc prouvé que la motivation nécessaire à l'atteinte d'objectifs précis peut s'opérer complètement de manière inconsciente.

Les chercheurs parlent de résultats préliminaires et insistent sur la nécessité de réaliser d'autres travaux. Déjà, cette percée importante met en relief l'influence de l'environnement sur nos décisions, surtout nos comportements moraux et sociaux.