Deux découvertes qui vont probablement survenir en 2012. Et une poignée d’enjeux qui, suivant la façon dont ils seront traités par les politiciens, auront des retombées... bien des années plus tard. Voici notre liste de 12 choses à surveiller en 2012.

Il est toujours périlleux de faire des prévisions: c’est le propre de la science que d’arriver avec du neuf qui n’a rien à voir avec l’actualité (des neutrinos qui auraient voyagé plus vite que la lumière, allô?)

Toutefois, en ce début d’année, il est des dossiers qui sont à deux doigts de connaître leur dénouement. Et d’autres dont des choix politiques influenceront le dénouement... même si celui-ci doit attendre une ou deux décennies.

Deux dénouements

1) Higgs: les physiciens du CERN ont tellement tenu à créer un événement autour de leur non-découverte du boson de Higgs, et ils ont tellement insisté sur l’échéance de l’automne prochain, qu’il serait étonnant qu’à ce moment, ils n’aient pas la masse de données nécessaire à affirmer que, cette fois ça y est, le boson de Higgs existe, et il est là. Ou bien ça y est, il n’existe pas, et on a du boulot.

L’Univers cache de toutes façons bien des mystères, et le boson lui-même pourrait n’être que l’indice de l’existence d’une autre particule. Résolution 2012: ne plus jamais employer l’expression «la particule-Dieu».

2) Une 2e Terre: à force de décrire toute planète d’une taille s’approchant de la nôtre comme «une deuxième Terre», les astronomes vont finir par lasser le public; d’où l’espoir d’en trouver une vraie en 2012. Dans la masse de nouvelles planètes que l’équipe du télescope Kepler va inévitablement annoncer cette année, ça pourrait être le moment attendu.

Trois enjeux pour les Terriens

3) Les pipelines des sables bitumineux: pour le pipeline KeystoneXL, qui doit relier l’Alberta au Texas, la décision du gouvernement américain pourrait se faire attendre jusqu’en 2013, bien que la Maison-Blanche subisse des pressions pour se prononcer d’ici deux mois. Pour le pipeline Northern Gateway, qui doit relier l’Alberta au Pacifique, des audiences publiques commencent le 10 janvier à Vancouver.

Ce qui peut sembler au reste du monde comme un débat purement canado-américain est en réalité déterminant: si Washington rejette Keystone en invoquant qu’elle veut investir dans les énergies nouvelles, ce sera un important signal pour le reste du monde. Si les environnementalistes voient dans les sables bitumineux un os pour faire avancer leur cause, ils ne le lâcheront plus.

4) Le gaz de schiste: un autre enjeu en matière d’énergie qui gagne en importance sur la scène mondiale... à cause de l’opposition. Parce que, en 2011, l’opposition a commencé à lever aux États-Unis... et quand les médias américains s’y intéressent, le reste du monde s’y intéresse.

5) La quête d’un nouveau discours pour les écologistes: ce n’est pas nouveau. L’enthousiasme pour les conférences sur le climat est tombé, les médias regardent ailleurs depuis 2007-2008 et la récession a réorienté les priorités des gouvernements. Or, les écologistes auront l’occasion de faire leur bilan en juin, avec le Sommet de la Terre qui marquera le 20e anniversaire du célèbre Sommet de Rio.

C’est là, en 1992, que bien des choses avaient commencé. Certaines ont eu du succès —le Protocole de Kyoto en est une— d’autres ont avorté depuis. Alors que la Chine devient le premier producteur mondial d’éoliennes et de panneaux solaires, alors que la fréquence des événements météorologiques extrêmes commence à inquiéter, alors que le printemps arabe inspire, le contexte mondial dans lequel s’inscrit le «nouveau» Sommet de Rio donnera peut-être aux environnementalistes de nouvelles idées.

Deux rendez-vous estivaux

6) Les Olympiques: eh oui, 2012 sera une année olympique. À Londres, en juillet. Comment dépasser les limites de l’endurance humaine, comment s’entraîner, mais aussi comment se doper et comment tricher... La science à l’honneur, pour le meilleur et pour le pire.

7) Mars: si tout va bien, la sonde américaine Curiosity atteindra la planète rouge en août. Commencera alors un scénario similaire à celui amorcé en janvier 2004 avec les sondes Spirit et Opportunity. Mais en plus gros (Curiosity fait la taille d’une petite voiture) et avec une technologie améliorée.

Quatre développements... en développement

8) Les cellules souches: avec le retrait en novembre de la compagnie Geron, qui a jugé que son argent serait mieux investi ailleurs, tous les yeux sont tournés vers son concurrent, Advanced Cell Technology. Cette compagnie de biotechnologie est désormais la seule à effectuer un essai clinique avec des cellules souches —plus précisément, pour combattre une maladie qui rend aveugle, la dégénérescence maculaire. Après plus de 15 ans d’espoirs sur notre capacité à contrôler les capacités régénératrices des cellules souches, le sort de bien des futurs projets repose sur cet essai clinique.

9) Cyber-élections: en 2008, la campagne électorale américaine a été un vaste laboratoire pour les réseaux sociaux —et pour la campagne d’Obama, un succès. Aujourd’hui, les deux grands partis sont prêts à aller plus loin. Grâce à vous: vous partagez plus de données que jamais sur votre vie privée, et il n’y a pas que les vendeurs d’automobiles que cela intéresse. Les partis pourraient tenter de vous cibler, si vous avez affiché un intérêt pour ou contre les cellules souches, la planète Mars, les Olympiques, le gaz de schiste, Keystone ou, pourquoi pas, le boson de Higgs.

Surveillez ce que les plus inventifs des militants américains expérimenteront dans les 10 prochains mois: ça pourrait bien se retrouver dans votre prochaine élection.

10) Nos microbes à nous: ce ne sera pas seulement pour 2012, mais attendez-vous à voir plus souvent le mot «microbiome», tout comme «génome» s’est imposé dans le vocabulaire il y a une quinzaine d’années. Le microbiome, c’est l’ensemble des gènes des microbes qui habitent votre corps. En 2011, les scientifiques ont établi que «notre écosystème interne» se divisait en trois familles. On s’attend à présent à découvrir dans les particularités du microbiome de chaque individu des indices expliquant une allergie ou une prédisposition à l’asthme.

Reste toutefois à mieux comprendre les interactions entre ces différentes espèces de microbes, de même qu’entre ces co-locataires et nous. De quoi s’examiner le nombril pendant des années.

11) Nos origines: jusqu’à récemment, l’arbre généalogique semblait simple. Nous, Homo sapiens, descendions d’un hominidé qui a quitté l’Afrique il y a 100,000 ans et s’est éparpillé sur la planète. Ce n’est plus aussi simple: avec les fragments de génomes du Néandertalien en nous (2,5% des génomes des non-Africains), avec ces informations éparses sur une troisième espèce appelée le Dénisovien, et avec cette hypothèse d’un descendant de l’Homo erectus qui serait revenu sur ses pas après avoir colonisé l’Asie et aurait rencontré des cousins, l’arbre se complique. Plusieurs pièces du casse-tête sont en train de se mettre en place. Mais il faudra certainement attendre bien plus que 2013.

Et le 21 décembre, tout s’arrêtera

12) La fin du monde: elle n’aura certainement pas lieu le 21 décembre 2012. C’est la seule prévision qu’on puisse faire qui soit solide comme le roc.