Or donc, les États-Unis ne se contenteraient pas de retourner sur la Lune s’ils avaient Newt Gingrich comme président: ils y établiraient une base lunaire. Alléchante pour les nostalgiques des années 1970, la promesse est-elle réaliste?

Technologiquement, elle l’est, et depuis 40 ans: nous avons tout le savoir et toute la technologie nécessaires à installer des humains sur la Lune. Même George W. Bush l’avait évoqué, il y a huit ans, comme une cible pour 2020 et la NASA avait dû dresser des plans en ce sens.

Économiquement et politiquement toutefois, c’est douteux.

Comme le souligne le New York Times , ce candidat à la présidence a mis les pieds dans un débat presque aussi vieux que la NASA: humains ou robots? S’il ne s’agissait que d’explorer la Lune, des robots pourraient faire le même travail pour beaucoup moins cher. En revanche, si le but est d’inspirer les générations futures à entreprendre une carrière scientifique, rien ne remplace un humain. Et Gingrich est de cette génération dont l’imaginaire a été nourri par les héros des débuts de l’ère spatiale, comme il l’a lui-même admis dans son discours, mercredi dernier —discours tenu, ce n’est pas une coïncidence, en Floride, là d’où se sont envolés ces héros.

Mais la facture d’une base lunaire se hisserait dans les centaines de milliards de dollars. Et davantage, si on n’installait pas juste un avant-poste mais une véritable petite ville. Ce qui est la raison pour laquelle il n’y a pas eu de bases lunaires depuis 40 ans: quelle serait l’utilité de faire vivre —aux frais de la Terre ou, tout au moins, des Américains— quelques centaines ou quelques miliers de personnes là-haut?

La seule différence par rapport à jadis étant qu’il serait aujourd’hui possible de construire pour moins cher —au fil des années, différents projets ont décrit par exemple des habitats gonflables. Mais une telle base aurait besoin d’être ravitaillée depuis la Terre —tant qu’on n’aura pas réussi à faire pousser des radis dans une serre lunaire. À moins qu’il ne soit possible de rentabiliser l'entreprise par l’extraction de ressources naturelles comme l’hélium-3.

En attendant, c’est la raison pour laquelle le projet de George W. Bush d’un retour sur la Lune —le projet Constellation — a été abandonné sous Obama, en 2010: trop coûteux (100 milliards$ d’ici 2020, et ce uniquement pour envoyer et ramener une poignée d’astronautes) compte tenu des ressources actuellement allouées à la NASA.

À long terme, si l’intention est de faire quitter à l’humanité son berceau, la Terre, comme l’a jadis écrit l’auteur Arthur C. Clarke, la planète Mars serait un objectif plus attirant: il y aurait là un potentiel, complexe mais envisageable, pour transformer cette planète en une deuxième Terre.