Terre-Neuve n’a pas l’habitude d’être sous le regard des amateurs d’abeilles du monde entier. Pourtant, cet été, il s’est confirmé que là-bas, il se passe quelque chose d’étrange : les abeilles se portent bien.

Depuis juillet, les observateurs ont évoqué qu’il n’y a pas d’agriculture à grande échelle à Terre-Neuve, donc sans doute moins de pesticides dans l’environnement.

D’un autre côté, le climat plus froid a de toute façon limité la présence sur cette île de certains parasites associés ailleurs au déclin des colonies d’abeilles, comme le varroa.

Le bémol : il n’y a que 38 éleveurs d’abeilles à Terre-Neuve, pour quelques centaines de colonies, un échantillon trop petit pour qu’on s’enthousiasme trop vite.