Pendant qu’on parle beaucoup d’éclosions de centaines de cas de rougeole dans des lieux, comme New York, où des groupes de gens résistent à la vaccination, on parle moins des dizaines de milliers de cas qui frappent Madagascar, où les gens aimeraient bien se faire vacciner.

La grande île située au sud-est du continent africain fait en effet face au plus grand nombre de cas de rougeole de son histoire récente : 115 000 cas officiellement recensés depuis septembre, et au moins un millier de morts, selon l'Associated Press. La rougeole est en effet une maladie potentiellement mortelle : on en parle rarement dans un pays comme les États-Unis, où le pourcentage de décès a été de moins de 0,5 % entre 1987 et 2000, mais dans les pays en voie de développement, pendant cette même période, le nombre de décès avait varié considérablement : de 3 % à 28 %, avec l’aide, dans les régions les plus pauvres, de la malnutrition, de carences en vitamine A et du manque de ressources médicales.

C’est aussi ce qui handicape Madagascar, en plus du fait que le taux de vaccination contre la rougeole n’y était que de 58 % en 2017, selon les derniers chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’UNICEF. Or, la rougeole est une des maladies les plus contagieuses qu’on connaisse : d’où le risque plus élevé, avec un taux de vaccination de seulement 58 %, qu’une personne infectée transmette la maladie à une personne qui n’est pas immunisée. L’OMS a organisé là-bas une campagne massive de vaccination ces dernières semaines. Depuis septembre, les enfants de 5 ans et moins représentent le tiers des cas, et les 5-14 ans, un autre tiers.

L’UNICEF signalait aussi le mois dernier des éclosions « significatives » de rougeole au Brésil, aux Philippines, en Ukraine et au Yémen. À l’échelle mondiale, l’OMS annonçait le 15 avril que, rien que pour le premier trimestre 2019, le nombre de cas était de 300 % plus élevé que pendant le premier trimestre 2018. On ignore encore combien de ces gens en sont morts en 2018, mais pour 2017, le total de décès à travers le monde était estimé à 110 000.