Certains y verront peut-être un incitatif pour se faire vacciner: sur l'application de rencontre Tinder, les mots « vaccin » ou « vacciné » ont augmenté de 258% entre septembre et décembre .

De toute évidence, il ne s’agit pas uniquement de gens qui ont été vaccinés, mais qui manifestent leur intérêt dans le fait de l’être bientôt… ou qui recherchent un partenaire vacciné.

« Avoir le vaccin est la chose la plus hot que vous puissiez faire sur une application de rencontre en ce moment », selon un porte-parole de OKCupid cité par le New York Times.

Or, la « demande » va bien au-delà de ces applications. Une agence de voyages britannique pour gens très riches (abonnement annuel: environ 40 000$) offre à ses membres de plus de 65 ans un voyage aux Émirats arabes unis où ils pourront se faire vacciner sans attendre leur tour. Un reportage de Bloomberg fait état de l’intérêt pour une application qui permettrait à un voyageur de prouver à une compagnie aérienne ou à un organisateur de rassemblements ou de locations d’espaces qu’il a déjà été vacciné.

On a déjà mentionné l'écart entre pays riches et pays pauvres quant à ce qui dessine pour la vaccination en 2021. Mais même au sein des pays riches, c’est un univers de la vaccination à deux vitesses qui se dessine d'ici cet automne. Les sites de rencontre peuvent sembler anecdotiques, mais ils ont pris de l’avance, selon le reportage du Times: « ceux qui indiquent qu’ils ont déjà reçu le vaccin sont aimés à un rythme deux fois plus élevé que les usagers qui disent qu’ils ne sont pas intéressés à l’avoir ».

Au-delà de l’anecdote, il y a un risque réel: celui de laisser tomber sa garde trop tôt. Rappelons qu’une personne vaccinée met une semaine ou deux avant d'être immunisée. D’autre part, les données ne permettent pas de dire combien de temps durera l’immunité apportée par le vaccin. Et c’est sans compter qu’avec deux vaccins en circulation, et bientôt davantage, l’efficacité sera variable de l’un à l’autre.