Employée depuis longtemps comme répulsif contre les moustiques, la citronnelle est-elle vraiment efficace? Ça dépend de quel produit on parle, et de quels moustiques, constate le Détecteur de rumeurs.

 


Cet article fait partie de la rubrique du Détecteur de rumeurscliquez ici pour les autres textes.


L’origine de la rumeur

L’huile de citronnelle fait partie des ingrédients courants des chasse-moustiques, ceux qui visent à empêcher les insectes piqueurs de se poser sur votre peau, sans les tuer. Cet effet s’expliquerait en partie par la forte odeur du produit, qui perturbe les récepteurs chimiques des moustiques, «camouflant» ainsi votre présence.

Le vrai du faux

Partant de là, certains en ont conclu que la plante de citronnelle serait assez odorante pour tenir les moustiques loin de votre terrasse. Toutefois, il n’existe pas d’étude pour appuyer la prétention sur la plante.

Les études ont plutôt porté sur la citronnelle sous forme d'huile essentielle et sur ses composantes, dont le citronellal, le citronellol et le géraniol.

Et la plupart de ces études présentent une limite: elles ont été menées en laboratoire, où l'utilisateur ne transpire pas. Or, la sueur favorise l’évaporation de l’huile, ce qui diminue la durée de son efficacité.

Les volontaires sont généralement enduits d’huile essentielle ou d’insectifuge qui en contient, puis exposés à une ou plusieurs espèces d’insectes, pendant que des chercheurs évaluent combien de ces insectes se tiennent à distance.

La durée de l’action répulsive de l’huile de citronnelle semble dépendre de la variété de plantes dont elle est tirée, de la concentration utilisée et de l’espèce de moustique. Ainsi, une revue de 11 études publiée en 2011 révèle que les répulsifs à base de citronnelle ne protègent des moustiques que pendant environ deux heures. Pendant cette période, ils repoussent jusqu'à 95 % des moustiques de trois espèces : Aedes aegypti, Anopheles dirus et Culex quinquefasciatus, selon les auteurs d’une de ces 11 études.

La revue de littérature conclut aussi qu’en combinant l’huile de citronnelle à de la vanilline (5 %), il serait possible de repousser ces trois mêmes espèces de moustiques jusqu’à 8 heures, dans des conditions de laboratoire. Un temps de protection similaire à celui du DEET (N,N-diéthyl-m-toluamide), la substance synthétique la plus utilisée dans les chasse-moustiques. Cette estimation est cependant restée peu concluante en raison d'un nombre limité d'études.

En 2019, une nouvelle revue systématique, de 62 études cette fois, concluait que l’huile de citronnelle avait un effet répulsif de 100 %, mais contre une espèce différente des précédentes : Anopheles culicifacies et ce, pendant 11 heures. Et qu’elle pouvait repousser Anopheles stephensi (vecteur principal de la malaria en Inde) et Anopheles dirus pendant respectivement 8 et 6 heures, dans des conditions de laboratoire. Ce qui suggère que l’effet peut varier considérablement, dépendamment du type de moustique visé. À titre d’exemple, 0,1 ml d'huile essentielle de citronnelle avait tenu à distance Anopheles minimus et Anopheles dirus pendant respectivement un peu plus de deux heures et un peu moins d’une heure. Le pourcentage de répulsion de la citronnelle dans d'autres études était de 52 à 85%, selon la concentration des extraits et les espèces de moustiques.

Et en plus d’offrir une efficacité variable, plusieurs de ces études menées en laboratoire notent que l’huile de citronnelle est instable en présence d'air et à haute température, ce qui limite ses applications pratiques.

Des travaux sur le terrain semblent le confirmer. L’un d’eux, en 2013, comparant l'efficacité de sept antimoustiques commerciaux, avait conclu que les bracelets à base d’huile de citronnelle n'offraient pas une protection significative contre les attaques de deux espèces de moustiques (Aedes albopictus, présent sur les cinq continents et Culex pipiens, l'espèce la plus commune dans l'hémisphère nord). En 1996, une petite étude sur le terrain (portant sur seulement huit personnes) avait conclu que l’exposition aux bougies et à l’encens à la citronnelle diminuait les piqûres de moustiques de respectivement 40 % et 24 %.

Tout cela explique pourquoi les antimoustiques à base de citronnelle ne sont pas recommandés à ceux qui se rendent dans des zones d’endémie, par exemple là où sévissent des insectes susceptibles de transmettre la malaria. Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec les déconseille à ceux qui ont besoin d’une protection de longue durée, de même que chez les enfants de moins de deux ans, en raison de leur courte durée d’action.

Verdict

Plusieurs études semblent donc confirmer l’efficacité de l’huile de citronnelle, mais la plupart ont été faites en laboratoire, ce qui limite leur portée. En concentration suffisante, on tend toutefois à s’entendre sur le fait que l'huile de citronnelle aurait un effet répulsif sur certaines espèces de moustiques pendant approximativement deux heures si elle est appliquée sur la peau.

Photo: Aedes albopictus en train de déjeuner. Source: Fotoshop Tofs / Pixabay

Ce texte a été modifié le 26 août avec des précisions sur la distribution géographique de quelques-uns des moustiques.