Il arrive qu’un terme scientifique en vienne à être tellement utilisé qu’on ne sent plus le besoin de répéter ce qu’il veut dire. Ainsi, « COVID-19 » est passé dans le langage courant en un temps record… mais plusieurs fausses interprétations ont suivi, a remarqué le Détecteur de rumeurs.


Cet article fait partie de la rubrique du Détecteur de rumeurs, cliquez ici pour les autres textes.


La plus récente —apparemment née au début de janvier d’une vidéo sur TikTok— est celle selon laquelle COVID serait un acronyme des variants apparus depuis un an —ce qui « démontrerait » que la pandémie est un complot qui aurait été planifié. Selon cette interprétation, les lettres COVID désigneraient Corona, Omicron, IHU (un variant pour l’instant mineur, détecté en décembre à l’institut français du même nom), et Delta —tandis que le « V » serait pour un variant encore à découvrir. Tout cela est faux, comme l’explique en détail le média de vérification des faits Snopes.

Les deux plus anciennes interprétations du même genre qu’a pu retracer le Détecteur de rumeurs remontent à mars et avril 2020: selon des messages qui ont alors circulé sur les réseaux —et qui ont continué de circuler pendant des mois— COVID voudrait dire, dans un cas, Chinese Originated Viral Infectious Disease numéro 19, et dans l’autre, Certification Of Vaccination IDentification by Artificial Intelligence.

La vraie signification du mot COVID

Le Comité international de taxonomie des virus, créé en 1966 par l’Union internationale des sociétés de microbiologie, publie une nomenclature considérée, dans la communauté scientifique, comme étant la classification officielle des virus connus. Un de ses critères pour l’attribution d’un nom est la parenté génétique: c’est pourquoi le nouveau venu a été nommé, au début de février 2020, SRAS-CoV-2 (Syndrome respiratoire aigu sévère - Coronavirus numéro 2), ce nouveau virus étant un proche parent du SRAS-CoV, qui avait lui-même été responsable de l’épidémie de SRAS en 2003-2004.

Jusqu’à ce moment, pendant les premières semaines de l’épidémie, le nouveau virus avait simplement été désigné comme « le nouveau coronavirus » ou « 2019-nCoV ».

Le 11 février 2020, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) annonçait officiellement cette dénomination pour le virus, de même que le nouveau nom officiel pour la maladie: COVID-19, pour Coronavirus Disease 2019 ou Maladie à coronavirus 2019. On remarquera au passage que 2019 réfère à l’année de sa découverte, et non au fait qu’il s’agirait du « 19e COVID » —comme l’a voulu une autre interprétation erronée.

Incidemment, une des raisons pour lesquelles on pouvait rapidement déduire que l’association du mot « COVID » avec les variants était fausse, réside dans la façon dont sont officiellement nommés les variants: on suit l’alphabet grec. Il n’y a donc pas de variant « IHU »: c’est un nom provisoire qui lui a été donné par ses découvreurs, mais si jamais ce variant devait, un jour, devenir « préoccupant », il obtiendrait à son tour une lettre grecque. Par ailleurs, il n’y a pas de lettre grecque commençant par V.

Crédits image: FDA