Les outils numériques ont beau limiter les déplacements, ils n’annulent pas les impacts environnementaux. Mais où se situe le pire de ces impacts? Le Détecteur de rumeurs résume la question.   


Cet article fait partie de la rubrique du Détecteur de rumeurs, cliquez ici pour les autres textes.


Les GES des activités numériques

Télécharger un document, regarder une vidéo en ligne, assister à une visioconférence, faire une recherche sur Internet, sans oublier les services infonuagiques… Toutes ces activités qui se cumulent jour après jour font gonfler la facture énergétique et par conséquent, notre empreinte carbone.

Plusieurs équipes de scientifiques ont estimé la part des émissions de GES due aux usages numériques et des chercheurs de l'Université de Lancaster, au Royaume-Uni, ont passé en revue ces estimations. Il en ressort que les usages numériques émettent entre 2,1 et 3,9 % des émissions mondiales annuelles de GES.

En comparaison, l’International Council on Clean Transportation (ICCT) indique que le transport aérien représentait 2,5 % des GES émis en 2019. Les GES des activités numériques dépasseraient donc ceux du trafic aérien.

Consommation numérique - Infographie 1

Les GES des centres de données

L’univers numérique se compose de trois segments.

  • Les équipements des utilisateurs : cellulaires, ordinateurs, tablettes et tous les objets connectés.
  • Les centres de données avec les serveurs en série.
  • Le réseau qui relie les équipements des utilisateurs aux centres de données : les câbles, les antennes, les routeurs…

Tous nos usages numériques reposent sur des flux de données qui transitent par des centres de données. Bien qu’on les pointe souvent du doigt pour leur caractère énergivore, ces centres ne sont pourtant pas le premier poste d’émissions de GES du système numérique.

Selon les études scrutées par l’équipe de l’Université de Lancaster, la portion « équipements des utilisateurs » émet entre 37 % et 57 % des GES du numérique, alors que les centres de données en émettent entre 18 et 41 %, et le réseau, entre 22 et 35 %.

Consommation numérique - Infographie 2

Si les études arrivent à des pourcentages différents, c’est parce qu’elles ne considèrent pas toujours les mêmes ensembles d’équipements numériques ni les mêmes bouquets énergétiques.

Mais la tendance est la même: c’est le segment des équipements des utilisateurs qui envoie le plus de GES dans l’atmosphère.

Les GES de la fabrication

D’où proviennent ces GES attribués aux équipements des utilisateurs?  Est-ce l’utilisation ou la fabrication qui pèse le plus lourd dans leur bilan carbone?

Pour le savoir, il faut faire des analyses du cycle de vie des appareils électroniques et mesurer les émissions de GES associées à toutes les étapes de leur fabrication et de leur utilisation.

C’est d’ailleurs ce que font plusieurs fabricants. Par exemple, Apple calcule que sur tout le cycle de vie d’un téléphone cellulaire iPhone 11, 79 % des émissions de GES sont dues à la fabrication, 3 % au transport et 17 % à son utilisation.

De même, pour un ordinateur portable Asus C423, c’est 49 % des émissions de GES pour la fabrication, 19 % pour le transport et 32 % pour l’utilisation.

Et pour un ordinateur de bureau Dell OptiPlex 3080 Tower, c’est 62 % des émissions de GES pour la fabrication, 8 % et le transport et 30 % pour l’utilisation.

Consommation numérique - Infographie 3

Et au Québec?

Au Québec, le portrait pourrait être différent, puisque l’utilisation des équipements électroniques repose sur l’hydroélectricité, contrairement à leur fabrication qui reposait probablement, tout dépendant du pays d’origine, sur des carburants fossiles.

Le groupe de réflexion Les Shifters Montréal a produit à ce sujet plusieurs rapports sur les usages numériques au Canada et au Québec. Dans son plus récent DiagnosTIC, publié en 2020, on peut lire que :

  • un Québécois possède en moyenne 40 kg d’appareils électroniques (TV, ordinateur, cellulaire…);
  • les usages numériques sont responsables de 5 % des émissions de GES du Québec;
  • les deux tiers de l’impact sur le climat des technologies de l'information et de la communication proviennent du remplacement et de l’achat d’appareils.

Verdict

Pour réduire l’empreinte carbone du secteur numérique, il ne faut donc pas seulement penser à modérer le visionnement en continu ou le téléchargement de documents, il faut aussi penser à limiter l’achat de nouveaux appareils, puisque c’est leur fabrication qui émet le plus de GES.

Infographies : Vincent Devillard